Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Tour de France de la French Tech : Aix-Marseille, l'union sacrée a payé

Nous continuons notre Tour de France des villes candidates au label French Tech. Aujourd'hui, cap sur Aix-Marseille qui veut être l'un des tous premiers territoires labellisés. Et c'est bien parti grâce à l'union des acteurs publics et privés du territoire. Les deux villes viennent de décrocher le label.
mis à jour le 12 novembre 2014 à 13H50
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Tour de France de la French Tech : Aix-Marseille, l'union sacrée a payé
Tour de France de la French Tech : Aix-Marseille, l'union sacrée a payé © French Tech Aix Marseille

Marseille et Aix-en-Provence ne veulent pas rater le train de la French Tech. L'écosystème local a su se mettre en ordre de bataille très rapidement, dès la fin 2013, l'appel à candidatures à peine lancé. Résultat : le territoire a déposé un pré-dossier dès le mois de mars et reçu une visite de la mission nationale French Tech fin mai. Il est donc bien placé pour être l'un des premiers à décrocher le fameux label. Mais quels atouts la métropole met-elle en avant ?

Les spécialités

Avec son Pôle de compétitivité mondial "Solutions communicantes sécurisées", la métropole affiche son leadership dans le sans-contact (NFC, RFID), le Machine to machine et la sécurité des paiements. Ce pôle comprend 270 acteurs académiques et industriels (dont une vingtaine de leaders mondiaux dans leur domaine) capables de former une chaine de valeur complète, du silicium aux applications.

Aix-Marseille est également bien placé sur le-commerce, le e-tourisme, et la production de contenu transmedia (grâce notamment au Pôle media de la Belle de mai créé dans une ancienne manufacture de tabacs).

Les chiffres clés
7 000 entreprises, 40 000 salariés. Le numérique pèse aussi lourd que le tourisme ou l'industrie portuaire.

Les entreprises motrices

Les tech champions locaux se nomment Gemalto et Inside Secure (qui commence à valoriser son impressionnant portefeuille de brevets sur le NFC) pour le sans-contact, Jaguar Network pour le cloud, Voyage privé pour le e-commerce, Wiko pour les smartphones, Digitick pour la billetterie dématérialisée. Tous sont d'ailleurs impliqués dans la candidature du territoire.

Avenir Telecom fait également briller Marseille à l'étranger : il a conçu le casque connecté BBH300 de la marque Beewi qui a obtenu un prix de l'innovation lors du dernier CES de Las Vegas.

Les événements

En pointe dans le e-commerce, Marseille a vu naitre en 2014 la première conférence Shake, rassemblant des acteurs mondiaux de la filière au Palais du Prado. La cité possède une multitude de rencontres professionnelles mais peu d'événements d'envergure internationale.

Le quartier numérique

La candidature d'Aix-Marseille est le fruit de l'alliance de collectivités locales qui n'ont pas forcément l'habitude de s'unir sous une même bannière : les villes de Marseille et d'Aix, la communauté urbaine de Marseille et la communauté d'agglomération du Pays d'Aix. Si elles ont mis de côté leurs différences pour bâtir un dossier commun, pas sûr qu'elles puissent se mettre d'accord sur un seul quartier numérique "totem" de la métropole (c'est l'un des critères du cahier des charges French Tech). Du coup, chacun défend ses équipements : Marseille veut mettre en avant son Pôle médias de la Belle de mai, le Pays d'Aix un "Pôle numérique", installé au quartier de La Constance, et la communauté urbaine le technopôle de Château-Gombert.

Le Pays d'Aix souhaite également l'émergence d'un "carrefour de l'innovation", lieu de démonstration, de co-working, et d'hébergement d'un laboratoire de fabrication numérique (fab lab).

Le logo

Comme Lille, Aix-Marseille a choisi le cœur comme symbole et mis en surbrillance les lettres "AIME" pour son logo.

 

 

La com'

C'est le silence radio depuis la visite de la mission French Tech le 26 mai dernier. La communication devrait reprendre de plus belle en septembre à l'occasion du dépôt de la version finalisée du dossier de candidature, qui devrait marquer le véritable coup d'envoi de la campagne de communication d'Aix-Marseille.

Sylvain Arnulf

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale