Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Tour de France de la French Tech : Toulouse labellisée pour faire décoller les filières numériques

mis à jour le 12 novembre 2014 à 13H45
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

On poursuit notre Tour de France des métropoles candidates au label French Tech. Toulouse se positionne comme l'un des favoris : la cité veut faire émerger 10 techs champions dans les dix ans à venir et devenir un pôle de référence en matière d'expérimentation. Elle vient de décrocher son label.

Tour de France de la French Tech : Toulouse labellisée pour faire décoller les filières numériques
Tour de France de la French Tech : Toulouse labellisée pour faire décoller les filières numériques © Fabrice Lepissier / Pixvalue

Devenir le champion de l'expérimentation et créer un environnement favorable au développement de projets innovants : ce sont deux points clés de la feuille de route tracée par Toulouse, dans son programme de conquête du label French Tech. A l'horizon 10 ans, le territoire veut multiplier par trois le montant des fonds levés pour ses pépites et faire émerger 10 "tech champions" capables de briller à l'international. Toulouse veut se donner les moyens de ses ambitions en faisant décoller des filières déjà bien structurées.

Les spécialités

Toulouse est évidemment connue comme l'un des premiers pôles mondiaux en matière d'aéronautique et de spatial. Logiquement, dans le sillage des grands groupes du secteur, la métropole est devenue un leader européen en matière de systèmes embarqués. Toulouse veut creuser ce sillon en devenant une référence en matière d'internet des objets (et par extension, sur le cloud computing et le big data). La ville se positionne aussi sur les secteurs de la bio-santé  (avec le pôle de compétitivité Cancer bio-santé) et de l'agroalimentaire (AgriMip Innovation).

Les entreprises motrices

Derrière les grands groupes Airbus, Cap Gemini, ERDF ou Orange, très impliqués dans la candidature French Tech, on trouve une myriade de start-up ambitieuses. L'une des plus connues est Sigfox, qui a inventé un réseau de communication bas débit pour l'Internet des objets, peut être l'un des standards de ce nouveau monde.

Dans son sillage, des dizaines de pépites se distinguent : Blue Mind, qui conçoit des outils collaboratifs, MyFox, spécialiste de la domotique, France pari, premier opérateur agréé par l'autorité de jeux en ligne, la plate-forme Overblog, Scoopit , l'un des leaders de la curation sur internet, l'opérateur monétique international Lyra Network, Fitting Box, leader mondial de l'essayage virtuel de lunettes,  Eurecia, concepteur de logiciels RH en mode SAAS

Les quartiers numériques

Toulouse veut continuer à s'appuyer sur sa "Cantine", implantée en centre-ville, pour accueillir, orienter, accompagner les porteurs de projets dans le numérique. Le lieu avait été créé en 2011 par l'association "La Mêlée", la communauté urbaine Toulouse Métropole en a fait son lieu de référence sur le numérique.

A l'avenir, l'effort sera porté sur le développement de deux zones : le nouveau quartier de Montaudran sera dédié à l'innovation aéronautique, spatiale, aux systèmes embarqués et à la smart city ; le quartier de Labège, au sud-est de l'agglomération, desservi par la ligne 2 du métro à l'horizon 2018, accueillera un nouveau quartier d'affaires à forte dimension numérique, baptisé Innometro.

Les événements

Toulouse accueille 400 événements numériques chaque année, en grande partie dans sa "Cantine", avec des ateliers réguliers comme des codingoûters, start-up week-end et bientôt une Failcon. Parmi les rendez-vous majeurs, La Mêlée numérique et Futurapolis en mai, le Toulouse Space Show en juin, l'Innovation connecting show (ICS) en septembre.

Le logo

Pour faire référence à la filière spatiale, et faire écho au décollage du  numérique, la French Tech Toulouse a choisi une fusée en origami comme emblème.

 

 

La com'

Avant l'été, les différents acteurs du territoire ont multiplié les initiatives originales tous azimuts. On a notamment vu fleurir des bérets aux couleurs de la French Tech à l'occasion du lancement officiel de la candidature, en juin lors de La Mêlée numérique. Un peu plus tard dans l'été, des couvre-chefs connectés ont fait leur apparition : ces chapeaux roses capable de géocaliser ceux qui les portent ont fait le tour du monde. On a même pu les suivre à la trace sur Twitter avec le hashtag #smartberet !

 

Le béret conçu par la marque Laulhère

 

Pour cette rentrée, la campagne de sensibilisation va se poursuivre, mais davantage tournée vers le grand public. Pour que la French Tech ne soit pas qu'une affaire de technophiles convaincus.

Sylvain Arnulf

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale