Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Tours et Orléans font roadshow commun pour décrocher le label French Tech

Alors que la deuxième vague de labellisation "French Tech" se prépare, Tours et Orléans ont défendu leur dossier devant la secrétaire d’État au numérique Axelle Lemaire, ce vendredi 12 juin.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Tours et Orléans font roadshow commun pour décrocher le label French Tech
Tours et Orléans font roadshow commun pour décrocher le label French Tech

"Je suis allé une fois à Amsterdam présenter ma start-up. Y’avait personne, même si ça m’a permis de prendre quelques contacts. Puis j’ai été invité à Dublin dans une délégation de startupers français. On faisait masse. On se sentait ensemble et soutenus". L’anecdote est racontée par Manissin Thyn, un Tourangeau fondateur de Nowly, qui propose une appli de géolocalisation d’utilisateurs selon leurs affinités.

 

Cette histoire résume l’ambition que veut donner la secrétaire d’État au numérique Axelle Lemaire au réseau French Tech : une force de vente du made in France. La ministre a religieusement écouté la démo du créateur, vendredi 12 juin à Tours, lors de la présentation du dossier commun d’Orléans et Tours, en vue de la labellisation French Tech.

 

Avant d’aller inaugurer la cité des objets connectés d’Angers, la VRP du numérique hexagonal a fait un stop pour visiter le futur incubateur tourangeau, qui ouvrira à l’automne. Elle en a profité pour lever un coin du voile sur la deuxième vague de labellisation qui sera dévoilée le 18 juin, en marge de la présentation de la stratégie numérique du gouvernement, ou le 28 juin, à son retour des États-Unis, où elle ira pitcher le réseau French Tech devant des investisseurs new-yorkais et californiens.

 

Un fonds local d’amorçage de 20 millions d’euros

 

Parmi les 14 candidats, plusieurs agglomérations ont fusionné leurs dossiers, à l’instar de Tours et Orléans (ou Caen, Rouen et le Havre), qui ont annoncé la mise en place d’un fonds d’investissement de proximité (FIP) de 20 millions d’euros pour aider à l’amorçage des projets d’entreprise et leur "éviter la vallée de la mort qui veut qu’une jeune société en croissance ne trouve pas les financements pour grandir", a souligné Olivier Carré, vice-président économie de l’agglo d’Orléans. "Ce dispositif original répond à un besoin très identifié. Il est important que ce fonds reste ouvert à des investisseurs étrangers", a répondu Axelle Lemaire.

 

Ce FIP est abondé par la région Centre, les agglomérations de Tours et Orléans, qui mettront chacune 2 millions d’euros. Une dizaine de banques et d’acteurs privés se seraient déjà engagés pour une quinzaine de millions.

 

Un campus pour la French Tech du végétal

 

Un projet de campus autour des technologies du végétal et de l’agriculture 3.0 est annoncé sur Orléans. "Le CNRS et l’université d’Orléans, en lien avec des stations expérimentales, sont partenaires de ce campus de 10 hectares qui verra le jour en 2016. Nous avons deux programmes collaboratifs de R&D en cours, représentant 10,5 millions d’euros d’investissement", souligne Frédéric Ros, directeur d’Orléans Technopole.

 

Parmi les critères retenus pour cette labellisation French Tech, qui déclenche des financements de Bpifrance, des invitations sur des salons internationaux, et une visibilité French Tech, la ministre a précisé que ses services, en association avec Berçy, mesuraient "si l’écosystème existant était suffisamment fort pour permettre aux start-up d’émerger. Je suis très attentive au nombre de start-up, et au nombre de mentors pour les accompagner".

 

Si quatorze candidats sont en lice, il est probable que cette seconde vague n’en retiendra qu’une poignée. "Ce label n’a pas vocation à faire de l’aménagement du territoire", a dit Axelle Lemaire, voulant ainsi se démarquer des 71 pôles de compétitivité.

 

En novembre 2014, neuf métropoles, en plus de Paris, avaient décroché le label French Tech : Aix-Marseille, Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Nantes, Montpellier, Rennes et Toulouse.

 

Retrouvez-les dans notre dossier : Le tour de France de la French Tech

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.