Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Tous chercheurs !

Des laboratoires font appel à la foule des internautes non spécialistes pour réaliser bénévolement des travaux en astronomie, biologie, médecine, zoologie… Des résultats significatifs sont obtenus, grâce à l’effet cumulatif de tâches simples et ne demandant aucune expertise.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Tous chercheurs !
Tous chercheurs !

Vous voulez contribuer à la recherche contre le Sida, participer à la cartographie détaillée de la Voie Lactée ou à la classification des animaux observés par les centaines de caméras d’un parc national de Tanzanie ? Des chercheurs ne demandent pas mieux que de vous embarquer dans leurs projets, via des dispositifs en ligne, qui permettent à des milliers d’internautes de réaliser des tâches simples - identifier et classer une image, par exemple. En collectant les résultats, les chercheurs récupèrent en un temps record une quantité considérable de données, qu’il aurait été impossible ou bien trop cher de produire autrement.

Zooniverse est la plate-forme de "crowd science" (science par la foule) la plus active. Gérée par des chercheurs, elle a elle-même été étudiée par des chercheurs de Georgia Tech (Etats-Unis), qui ont fait le bilan de 7 projets, publié dans la revue PNAS. Plus de 100 000 personnes ont participé à ces 7 projets, sur 6 mois.

Crowd science

Les avantages de la crowd science sont bien identifiés : faible coût, vitesse d’acquisition des résultats grâce à des milliers de "chercheurs" qui travaillent en parallèle, accès à des idées nouvelles (pour les projets qui font appel à plus de créativité de la part des internautes). Sans compter, sur le plan de la communication et de la diffusion de la science, l’implication du grand public à grande échelle.

Tous les sujets ne s’y prêtent pas, bien sûr, et ceux qui marchent le mieux font appel à la passion de certains internautes (astronomie, ornithologie…), ou à la bonne volonté de citoyens responsables (santé, environnement...).  Par ailleurs, pour les responsables de recherche qui veulent faire appel à la foule, tout l’art est de diviser un projet en une multitude de tâches élémentaires facilement réalisables par tout un chacun.  L’avantage, par rapport à ce que ferait un ordinateur, est que même un non spécialiste fait un travail "intelligent" : identifier un animal sur une photo floue, par exemple.

Les auteurs de l’étude sur Zooniverse mentionnent des tentatives de crowd science plus avancées, qui font par exemple collaborer entre eux les internautes (mettre des équipes en compétition n’est pas une mauvaise stratégie...). Y compris sur la rédaction d’articles non scientifiques. Tout cela, gratuitement, ou presque : préparer le projet, mettre en place l’infrastructure, interagir avec les milliers de volontaires, demande un engagement certain de la part des chercheurs.

Thierry Lucas

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale