Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Trade Republic se prépare au trading de cryptomonnaies en France

Le courtier allemand, qui s'est lancé en France en 2021 et séduit les jeunes investisseurs en Bourse, prévoit d'étendre son service de trading de cryptomonnaies, déjà ouvert en Allemagne, à l'Hexagone.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Trade Republic se prépare au trading de cryptomonnaies en France
Trade Republic se prépare au trading de cryptomonnaies en France © Trade Republic

Le néo-courtier allemand Trade Republic, dont les services sont disponibles dans l'Hexagone depuis janvier 2021, a l'intention d'y lancer en 2022 son service de trading de cryptomonnaies. Selon nos informations, la société a déposé un dossier d'enregistrement auprès de l'AMF pour obtenir le statut de prestataire de services sur actifs numériques (PSAN), un processus qui peut prendre entre six mois et un an. Ce service, disponible en Allemagne depuis mai dernier, permet d'investir Outre-Rhin dans le bitcoin, l'ether, le litecoin et le bitcoin cash. Les mêmes valeurs devraient être proposées en France. 

Investissements programmés
Quand la nouvelle fonctionnalité sera disponible, la plateforme d'investissement prévoit la possibilité de lui appliquer son plan d'investissements programmés, déjà fonctionnel pour les actions et les fonds négociés en bourse (ETF). Ce système, sans frais, permet d'investir de manière régulière et automatique une somme choisie à l'avance par le client, sans minimum. Une méthode bien connue pour lisser dans le temps les variations des cours, et adoptée par 80% des clients de la plateforme, selon le directeur général de la filiale française, Matthias Baccino.

En communiquant sur l'investissement de long terme, Trade Republic se démarque des autres brokers de nouvelle génération tels que eToro, qui se positionnent sur le trading de manière plus agressive et spéculative.  

Bientôt un PEA
Le modèle de Trade Republic est fondé sur la simplicité. "Mobile native", la plateforme régulée par l'Autorité de supervision financière allemande ne facture aucune commission variable, prend 1 euro par ordre et ne contrôle pas les spreads (différence entre le cours vendeur et le cours acheteur). Elle séduit majoritairement des jeunes, les moins de 35 ans représentant 75% de ses clients.

Depuis son lancement en France, elle a lancé une version pour ordinateur et les versements instantanés gratuits par carte bancaire, Apple Pay et Google Pay. Outre le trading de cryptomonnaie, elle a déjà annoncé le lancement d'un PEA, qui offrira une alternative fiscalement attractive à l'enveloppe du compte-titre.

En mai 2021, la fintech a levé 900 millions de dollars en série C auprès de Sequoia Capital, TCV, Thrive Capital, Accel, Founders Fund, Creandum et Project A, la valorisant plus de 5 milliards de dollars.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.