Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Transformation digitale des PME : et si le vrai problème était le financement ?

Pour Isabelle Saladin, présidente de I&S Adviser, les PME et ETI françaises peinent à enclencher leur transformation digitale, parce qu’elles ont une approche trop technicienne mais aussi et surtout parce qu’elles n’ont pas le soutien des financeurs.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Transformation digitale des PME : et si le vrai problème était le financement ?
Bunter Abacus mit Geldfond illustration boulier, argent, billets, euros © D.R.

La transformation digitale est le buzz word des directions d’entreprise depuis plusieurs années. De la start-up au grand groupe, de la direction commerciale et marketing à la direction générale, tous en parlent et veulent s’approprier les discours et ambitions des stars du Net et de l’uberisation. Rassurant ? Pas tant que ça car dans les faits, le gros de nos troupes entrepreneuriales – autrement dit les PME-PMI, voire les ETI - reste exclu du mouvement.

 

Les études l’attestent : moins de la moitié est passée à l’acte. Selon l’étude réalisée par Harris interactive en septembre 2015 pour l’ordre des experts-comptables sur les usages du digital dans les entreprises de moins de 500 salariés, seuls 59% des dirigeants voient la transformation digitale comme une priorité. Une autre étude plus récente menée par IPSOS pour Google au printemps 2016 auprès de TPE-PME de la région Rhône-Alpes montre que ¾ des entreprises utilisent des solutions web pour communiquer (site web, réseaux sociaux, email marketing, etc.), mais que 16% seulement vendent leurs produits ou services par Internet.

 

changer de façon de faire son métier

Des résultats qui révèlent surtout la tendance actuelle à assimiler transformation digitale et équipements en technologies numériques. Passer à l’ère digitale signifie certes changer de façon de faire son métier mais aussi et surtout changer sa façon de le penser. La remise en cause doit porter sur le business model et non consister en l’adoption d’outils. Les vrais disrupteurs se reconnaissent à leur capacité à imaginer de nouveaux "usages consommateurs / employés", qui dépassent la mise au point d’innovations technologiques. Cela ne veut pas forcément dire faire table rase du passé mais "penser et construire du totalement nouveau".  

 

Une fois cette révolution copernicienne intellectuelle opérée, une autre difficulté, bien plus grande encore, reste à surmonter : le financement. Repenser son activité, ses relations commerciales, son approche du client et aligner la production de ses services et produits sur un business model demande d’investir. Or si les start-up séduisent les investisseurs par des projets neufs complètement en rupture et/ou des profils de dirigeants nouveaux, si les grands groupes trouvent dans leur trésorerie les moyens de tester de nouvelles activités en mode projet, les PME et ETI ayant déjà un historique et opérant sur un "vieux" marché n’ont pas les capitaux propres suffisants pour financer elles-mêmes la nouvelle posture indispensable pour préparer et assurer leur avenir. Convaincre leurs partenaires financiers de les accompagner dans ce projet devient une vraie sinécure !

 

Frilosité des banques

Et c’est là que le bât blesse : les fonds et les banques se risquent rarement à financer ce type de transformation. Si elles ont déjà investi dans la PME, elles préfèrent consolider l’existant, avancer en terrain connu, et surtout ne pas remettre en cause un business qui marche et qui leur rapporte pour explorer des terres totalement inconnues au rendement incertain. Or contrairement à ce que beaucoup pensent, ce n’est pas juste pour une question de capitaux propres que les fondateurs de PME les sollicitent, c’est pour assurer la survie de l’entreprise qu’ils ont créée et dans laquelle ils ne cessent de croire !

 

Sans une vraie évolution des mentalités sur la prise de risque financier, ¾ de nos PME finiront par mourir. Parce que les marchés changent, parce que la donne concurrentielle évolue. Trop d’entreprises ont fermé à cause d’un revirement manqué. A l’inverse, des PME ayant à la fois changé de prisme business et ayant trouvé les moyens financiers de cette mutation performent actuellement.

 

Alors pour éviter que l’histoire ne se répète, il est urgent d’accompagner les PME et ETI dans leur transformation digitale. Il faut que les financeurs, BPI France en tête, se mobilisent et leur donnent les moyens de conduire leur mutation. La compétitivité de notre économie dépendra de notre capacité à la fois de comprendre cet enjeu et de convaincre de l’importance vitale de financer le changement de nos quelques 3 millions de PME françaises.

 

Isabelle Saladin, présidente de I&S Adviser

Les avis d'experts et points de vue sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n’engagent en rien la rédaction.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale