Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Transport autonome, e-santé, technos du quotidien... Voici les différents types de smart cities

Étude Des chercheurs de l’université d’Etat de Pennsylvanie, aux Etats-Unis, ont isolé quatre types de smart cities en fonction des investissements déjà réalisés par 60 métropoles dans le domaine. Un modèle censé accompagner les villes qui s’apprêtent à sauter le pas.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Transport autonome, e-santé, technos du quotidien... Voici les différents types de smart cities
Transport autonome, e-santé, technos du quotidien... Voici les différents types de smart cities © Pixabay / Tumisu

Les villes intelligentes pourraient être classées en quatre catégories distinctes. Une étude menée par des chercheurs de l’université d’Etat de Pennsylvanie (Etats-Unis), que s’est procurée L’Usine Digitale, a permis de regrouper 60 métropoles en fonction de quelque 753 chantiers qu’elles ont entrepris dans le domaine de la smart city. Ont été considérés les différents projets entrant dans une définition de référence, établie par l’ingénieur français Antoine Picon en 2015 : "L’ensemble des recours aux technologies de l’information et de la communication (TIC) dans le cadre de l’aménagement urbain" – à laquelle s’ajoute notamment la vision des Américains Taewoo Nam et Theresa Pardo au sujet des leviers d’action, que sont l’innovation en matière d’infrastructures ainsi que de politiques publiques.

 

Grâce à une analyse typologique des solutions déjà mises en place dans ces métropoles, les universitaires ont hiérarchisé les projets les plus souvent déployés. De quoi ratisser un large nombre de cas d’usage dans les villes… et identifier les stratégies employées par les municipalités pour les implémenter. Ils disent avoir voulu "éclaircir les choix et faciliter la prise de décision" des villes à l’heure de bâtir celle de demain, en leur permettant de se comparer à d’autres qui affichent le même contexte socio-économique. Initialement parue le 5 juillet 2019 dans la revue scientifique Telecommunications Policy, l’étude pourrait ainsi servir de base de travail pour nourrir la réflexion.

 

 

Ci-dessus, les différentes catégories de projets smart city classées

selon leur récurrence d’implantation par les 60 métropoles étudiées.

 

1/ LES SERVICES ESSENTIELS

Au nombre de neuf, ces villes – chinoises pour sept d’entre elles, complétées par Tokyo (Japon) et Copenhague (Danemark) – ont été identifiées comme celles qui consacrent le plus de budget au déploiement des réseaux mobiles. Une technologie qui leur permet de développer des programmes de pointe pour la gestion des urgences… qui font d’elles "les meilleures dans le domaine de la e-santé".

 

2/ LE TRANSPORT INTELLIGENT

C’est le plus petit groupe isolé dans cette étude, composé des villes de Singapour, Dubaï (Emirats arabes unis), Hambourg (Allemagne) et Stavanger (Norvège). Peuplées d’individus ayant un "très haut niveau d’études", elles ne ressentent pas le besoin de former leurs habitants au numérique. Fortement congestionnées, elles cherchent à "réguler le trafic" en explorant les solutions d’autopartage ou de véhicules autonomes. Ces villes s’attacheraient généralement à proposer des services dernier cri.

 

3/ LE "SPECTRE LARGE"

C’est, logiquement, le plus gros contingent. Ces 37 métropoles d’Europe, d’Amérique du Nord, de Chine et d’Inde sont pragmatiques. Elles mettent "la technologie au service du quotidien" à travers les services urbains, tels que la gestion de l’eau ou des déchets, ainsi que la régulation de la pollution, via la production d’une énergie propre ou un système d’éclairage intelligent. Autre point commun : elles semblent mettre un point d’honneur à faire vivre la participation citoyenne à travers le numérique.

 

4/ L’éCOSYSTèME D’ENTREPRISES

Les huit métropoles européennes et nord-américaines de cette catégorie sont majoritairement d’anciennes villes industrielles, auxquelles s’ajoute Le Cap (Afrique du Sud). Prospères pendant des dizaines d’années, elles sont devenues des nœuds de transport incontournables. Cela leur confère un avantage indéniable dans leur nouvelle entreprise : stimuler l’économie locale en attirant les futures pépites de la tech. "Leur stratégie est d’investir une faible somme dans des cas d’usage divers et variés", résument les chercheurs dans leur étude. De quoi leur offrir une vitrine de choix, qui complète une politique largement portée vers l’éducation aux outils numériques et le soutien à l’innovation.

 

5/ DEUX EXCEPTIONS

Elles étaient inclassables dans les catégories mises en avant par l’analyse de ce panel. Si Hong-Kong (Chine) et Lusail (Qatar) sont certes très avancées technologiquement, les outils mis en place ne répondraient pas directement aux besoins rencontrés par leurs habitants. La première concentre ses efforts sur son point fort, la finance, tandis que la seconde développe surtout des solutions axées sur le divertissement et en premier lieu destinées aux touristes – centres commerciaux et complexes d’attraction connectés. Dans les deux cas, il s’agirait selon les chercheurs de "faire la démonstration de leurs compétences dans les TIC dans le but de servir leurs seuls intérêts économiques".

 

LE TOP 10 DES SMART CITIES, SELON L’IMD DE SINGAPOUR

1. Singapour

2. Zurich (Suisse)

3. Oslo (Norvège)

4. Genève (Suisse)

5. Copenhague (Danemark)

6. Auckland (Nouvelle-Zélande)

7. Taipei (Taiwan)

8. Helsinki (Finlande)

9. Bilbao (Espagne)

10. Düsseldorf (Allemagne)

 

A noter que les premières villes françaises du classement, Lyon (23e) et Paris (51e), sont relativement mal positionnées dans le concert des métropoles mondiales établi par l’IMD Business School de Singapour en partenariat avec la Singapore University of Technology and Design. Les chercheurs notent d’ailleurs que "l’écart technologique devrait s’accentuer" entre les villes les plus intelligentes et les autres. Une intelligence qui devrait permettre à celles en tête de tableau d’attirer le plus d'investisseurs et d'entreprises à l'avenir.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale