Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Tribune] 6 tendances pour l'intelligence Artificielle en 2019

Tribune Michael Wu, Chief AI Strategist chez PROS, présente et analyse les grandes tendances 2019 autour de l’IA et des technologies qui lui sont liées. Quatrième révolution industrielle, transformation digitale, développement des infrastructures ou encore algorithmes seront au programme cette année.  
mis à jour le 11 avril 2019 à 13H00
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

[Tribune] 6 tendances pour l'intelligence Artificielle en 2019
[Tribune] 6 tendances pour l'intelligence Artificielle en 2019 © PROS

La démocratisation de l’IA passe par l’IoT

Aujourd’hui, nombreuses sont les IA (à l’exception des véhicules autonomes) à être dématérialisées, en effet les 9/10ème des IA telles que les chabots, les assistants virtuels et autres sont toutes numériques. 2019 devrait donc être une année de transition, permettant ainsi à l’IA d’être plus « tangible’ grâce à la démocratisation de l’IoT. Les algorithmes développés pour faire fonctionner les voitures autonomes seront eux aussi utilisés pour les objets connectés. Les intelligences artificielles développées pourront, grâce à des capteurs implantés dans ces périphériques connectés, réagir à l’environnement proche. Ainsi, on peut imaginer dans un futur proche un objet connecté ouvrant une porte ou encore augmenter la température d’une maison.

 

Des objets connectés plus efficaces grâce à l’IA

Depuis quelques années désormais, les objets connectés font partie de notre quotidien. Pourtant, l’IoT n’est pas encore une technologie intuitive. En effet, nous avons encore besoin de programmer la plupart des interactions grâce à des chaînes d’instruction simples comme IFFT “If this, then that” (si ceci, alors cela »). En d’autres termes, les objets connectés doivent, via des algorithmes d’intelligence artificielle, apprendre implicitement des comportements environnants, plutôt que d’être programmés. L’IA aidera à tirer profit de l’automatisation de ces objets grâce aux algorithmes nourris aux données provenant de multiples dispositifs. L’objectif étant de personnaliser ces périphériques en fonction du mode de vie de son utilisateur. Ils seront ainsi plus intelligents et auront un réel impact sur notre vie quotidienne.

 

Des machines qui comprennent les liens de causalité

Aujourd’hui, quand les algorithmes, tels que les chabots ou les assistants virtuels, répondent à nos demandes, cela s’explique par le fait qu’ils soient programmés par des scénarios définis à l’avance. La machine ne fait qu’exécuter ce qu’on lui demande sans comprendre le lien de causalité. À l’inverse des humains qui, grâce à leur bon sens, apprennent les causes et les effets au fil du temps. En 2019, nous verrons les algorithmes comprendre cela. Les machines pourront désormais établir un lien entre la demande et l’action qui en résulte grâce des sources de données de plus en plus diversifiées issues du nombre croissant des données collectes et une meilleure exploitation de celles-ci.

 

4e révolution industrielle — démystification de l’IA

Si l’IA s’est peu à peu imposée dans le quotidien, elle continue toutefois à inquiéter. Elle suscite notamment des craintes plus ou moins vives en raison de son impact sur la société et l’emploi. Cela relève plus de la croyance, que de l’observation et d’une analyse rationnelle. Dans les faits, ce sont plutôt les entreprises qui n’adopteront pas cette technologie qui subiront d’importantes conséquences économiques. Concurrencées par les organisations utilisant l’IA, elles ne pourront plus être aussi compétitives et seront, in fine, en danger. Pour ces dernières, 2019 sera donc une année charnière : d’où l’importance pour elles d’informer et d’éduquer leurs collaborateurs sur les avantages de cette innovation. Nous sommes à l’aube d’une nouvelle révolution technologique rebattant les cartes entre tous les acteurs économiques. Les collaborateurs qui craignent que l’IA ne remplace leur emploi sont précisément ceux qui seront forcés de le quitter que leur employeur ne survivra pas à cette concurrence.

 

L’IA pour améliorer sa transformation digitale

Bien que la numérisation ne soit que la première étape d’un processus de transformation digitale, elle est néanmoins cruciale. En effet, elle permet aux entreprises de collecter des données qui alimenteront d’autres technologies et, in fine, amélioreront leur rendement. Ainsi, pour être profitable, la digitalisation n’a de sens qu’à condition d’être couplée avec d’autres outils. D’ici 2019, il est donc probable que de nombreux projets de digitalisation soient associés à des initiatives visant à améliorer l’expérience client ou encore à accroître l’efficacité opérationnelle afin d’augmenter les revenus. L’intelligence artificielle peut aider les entreprises à atteindre ces objectifs.

 

Les infrastructures, accélérateurs de la transformation digitale

Les comportements d’achat, tant en B2C qu’en B2B, changent à grande vitesse. Désormais, les acheteurs B2B exigent également une expérience d’achat instantanée, fluide et personnalisée comme lors de leurs achats sur Amazon par exemple. Néanmoins, les entreprises B2B n’ont pas, de par leur infrastructure, l’efficacité et l’envergure nécessaires pour répondre aux nouveaux besoins de leurs clients. Le temps devenant un facteur clé pour les acheteurs B2B, cette recherche d’instantanéité et d’accélération des processus de vente mettra à rude épreuve les infrastructures existantes en 2019. Afin d’y faire face, les entreprises devront réagir en mettant en place de nouveaux systèmes plus agiles, car ne survivront que celles qui répondront à ces nouvelles attentes.

 

Michael Wu, Chief AI Strategist for PROS


Les avis d'experts sont publiés sous la seule responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la rédaction de L'usine digitale. 

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media