Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Triditive lève 1,8 million de dollars pour perfectionner son imprimante 3D métal automatisée

Levée de fonds Répondre à la fabrication de masse de manière rentable. Voici la pari de la jeune pousse espagnole Triditive, qui vient de lever 1,8 million de dollars pour perfectionner son imprimante 3D modulaire dédiée à la conception automatisée de pièces en polymères et en métal. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Triditive lève 1,8 million de dollars pour perfectionner son imprimante 3D métal automatisée
Triditive lève 1,8 million de dollars pour perfectionner son imprimante 3D métal automatisée © Triditive

La start-up espagnole Triditive vient d'annoncer une levée de fonds de 1,8 million de dollars. Le tour de table a été mené par Stanley Ventures, Techstars, Hunosa empresas, Fourth Funding, l'Instituto de Desarrollo Económico del Principado de Asturias (IDEPA) dont l'objectif est de booster le développement économique des Asturies, et un groupe de business angels espagnols, français et suisses. 

destiné à l'industrie manufacturière 
Ces nouveaux fonds doivent servir au développement d'AMCELL, une machine modulaire conçue pour la production en série de polymères ou de métaux et capable de fabriquer simultanément avec des matériaux différents. Elle s'adresse à l'industrie manufacturière pour l'impression de pièces en grande série. Cet argent doit également servir à soutenir l'ouverture de "la plus grande usine de fabrication additive d'Espagne", ajoute l'entreprise qui a également des bureaux dans le Connecticut, aux Etats-Unis

Fondée en 2013 en Espagne, la spin-off de l'université d'Oviedo Traditive s'est spécialisée dans le "Fused Deposition Modeling" (FDM), une technique qui consiste à déposer de la matière couche par couche grâce à un filament de matière polymère ou de métal qui est fondé puis extrudé. AMCELL est capable d'alterner les matériaux lors de l'impression grâce à son système des mains robotisées qui permutent afin de pouvoir utiliser les deux types de matériaux, polymère et métal.
 


Un logiciel pour optimiser le temps d'impression
Cette machine, lancée en 2018, fonctionne avec le logiciel EVAM qui permet de gérer "les files d'attente de fabrication en tenant compte des commandes urgentes, de minimiser le temps d'arrêt machine et de contrôler à distance le processus de fabrication", explique Triditive. La jeune pousse promet avoir réduit jusqu’à 10 fois le coût de fabrication en série avec l’impression 3D.

Pour promouvoir et développer sa technologie propriétaire, l'entreprise espagnole a fondé SCALADD, un centre d’excellence de fabrication additive où différentes entreprises industrielles peuvent utiliser AMCELL. "SCALADD permet aux clients qui n’ont pas les moyens d’acquérir un système de FA industriel de bénéficier non seulement d’AMCELL, mais aussi de notre réseau de partenaires qui couvre toute la chaîne de valeur de la technologie", expliquait la CEO et fondatrice, Mariel Diaz Castro. En décembre 2018, l'université d'Oviedo et l'université de Las Palmas de Gran Canaria ont rejoint ce consortium.

Un partenariat avec BASF sur les matériaux
Un an plus tard, Triditive a signé un partenariat avec deux centres de recherche, TECNALIA Research & Innovation et IDONIAL Technology Center, pour travailler sur les procédés d'impression. Au niveau des matériaux, l'entreprise travaille en collaboration avec Fillamentum et BASF. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.