Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Trois questions à Geraldine Valenti, Head of Amazon Business France

Entretien A la veille de l’événement Amazon Business Exchange, les 6 et 7 octobre, Geraldine Valenti, qui vient de prendre les rênes d’Amazon Business en France, revient sur les premiers mois du service Business Prime mais aussi les nouveaux besoins d’approvisionnement des entreprises privées et des organismes publics.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Trois questions à Geraldine Valenti, Head of Amazon Business France
Trois questions à Geraldine Valenti, Head of Amazon Business France © JULIE_GUIOMARD

L’Usine Digitale : Amazon Business Prime a été lancé en novembre dernier en France. Quel bilan tirez-vous de ces dix premiers mois ?
Geraldine Valenti : Amazon Business Prime est en évolution continue et a vocation à s’enrichir de nouvelles fonctionnalités, comme la possibilité de choisir un mode de livraison le jour même en un jour ouvré. Nous avons ajouté des critères de remise progressive et des catégories de produits, et nous proposons davantage de personnalisation, par exemple pour que la livraison s’adapte aux horaires des entreprises.

Je ne peux pas vous donner de chiffres, mais je peux vous dire que le service est plébiscité par les entreprises françaises de toutes tailles, qu’il s’agisse d’entreprises privées ou d’organismes publics, ce segment étant adressé par Amazon Business depuis le début de l’année.

Quel a été l'effet de la pandémie sur vos clients ? Avez-vous mis en place des dispositifs spécifiques ?
Nous avions lancé avant le confinement une nouvelle fonctionnalité afin de pouvoir recevoir les paiements des organismes du secteur public, comme les collectivités locales. Nous avons également proposé une offre spécifique, cette fois liée à la pandémie, et destinée aux clients du secteur de la santé – cliniques privées, Ehpad... – afin de répondre à leurs besoins au travers d’un espace où étaient disponibles les consommables médicaux. A date, 300 établissements de santé utilisent Amazon Business en France.

Il a fallu également répondre aux fortes attentes des écoles et des entreprises, notamment en matière de services à distance qui nécessitaient de s’équiper en matériel électronique, informatique et en fournitures de bureau. 3 000 écoles et universités sont clientes. Cela est également dû à la capacité d’Amazon de livrer rapidement aux clients finaux.

Justement, les blocages et fermetures des sites de distribution ont-ils eu un impact sur vos capacités de traitement des commandes sur la partie B2B ?
Nous avons mis tout en œuvre pour répondre aux besoins, je n’en dirai pas plus.

Quelle est la feuille de route d’Amazon Business pour les mois à venir ?
Notre objectif est de répondre aux nouveaux cas d’usage soulevés par le Covid-19, c’est-à-dire d’être à la hauteur des attentes des entreprises du secteur de la santé, comme les hôpitaux. Nous voulons également élargir l’offre et améliorer l’expérience de livraison, nous qui livrons de plus en plus de sites industriels et sécurisés. Enfin, Amazon Business a vocation à être intégré dans les processus de facturation et d’e-procurement.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media