Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Troopy veut percer avec ses scooters 125 cm3 en libre-service

Troopy va-t-il réussir à se frayer une place parmi les services de scooters en libre-service COUP et Cityscoot ? Le groupe Chapat va déployer une trentaine de Yamaha Tricity 125 cm3 vendredi 20 avril afin de proposer des scooters en libre-service avec lesquels il est possible de circuler dans tout le Grand Paris.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Troopy veut percer avec ses scooters 125 cm3 en libre-service
Troopy va déployer une trentaine de Yamaha Tricity 125 cm3 pouvant circuler dans tout le Grand Paris. © Léna Corot

Troopy, une initiative du groupe Chapat, veut déployer des 125 cm3 dans Paris à compter du vendredi 20 avril. Troopy veut se frayer une place parmi les services de mobilité mettant à disposition des Parisiens des scooters. Sa particularité ? Proposer des Yamaha Tricity 125 cm3. "Les utilisateurs peuvent donc traverser la ville et emprunter les grands axes [périphérique et autoroute]. Il est possible de circuler dans tout le Grand Paris", explique le CEO de Troopy et directeur général de Chapat Axel Vilaseca. Ce 125 cm3 étant un trois roues, "il est plus stable et facile à prendre en main", complète-t-il. Seule (grosse) contrainte : pour conduire un 125 cm3 il faut être titulaire d'un permis A1 ou d'un permis B mais avoir suivi une formation supplémentaire.

 

Seulement 30 scooters Troopy

En "proposant le Grand Paris à portée de main", comme le clame Axel Vilaseca, Troopy espère se différencier des services Cityscoot et COUP. Mais ces derniers, lancés depuis plus longtemps, ont une longueur d'avance. Le premier a déjà déployé 1 500 scooters dans la capitale. Et COUP, dont 600 scooters sont à disposition dans Paris, prévoit d'augmenter sa flotte à 1 700 dès le mois de mai avant d'étendre son activité à la totalité de la capitale d'ici fin avril ainsi qu'à certaines communes limitrophes en mai. De son côté, Troopy va proposer une trentaine de 125 cm3 vendredi 20 avril. Et seront seulement concernées deux zones à Concorde et Porte Maillot, puis suivra Madeleine la semaine suivante. "L'objectif est d'avoir cinq zones et 150 scooters à l'échéance septembre 2018 et 300 scooters en 2019", détaille Axel Vilaseca.

 

Troopy affirme qu'au sein de ces zones, il y aura des espaces accessibles à moins de cinq minutes afin de déposer ou récupérer un tricycle Yamaha. Comme ses concurrents, Troopy met un casque et des charlottes dans le scooter à disposition des utilisateurs. Reste à leur charge l'achat de gants, obligatoires pour conduire ces scooters. Le service ne propose pas d'abonnement mais un paiement à l'usage avec une tarification dégressive. Et un tricycle ne peut être loué qu'au maximum 48 heures.

 

 

Une plate-forme Vulog

Comme ses concurrents, Troopy fonctionne via une application. Le service de scooters en libre-service a fait appel au spécialiste français des services d'auto-partage Vulog. Etant un des leaders mondiaux des technologies de mobilité partagée, Vulog peut apporter "un retour d'expérience sur de nouvelles fonctionnalités (testées par d'autres) et aider Troopy à se déployer en dehors de Paris", explique le CEO de Vulog Grégory Ducongé.

 

Surtout que la stratégie de Troopy n'est pas "d'entrer dans une course au volume" en déployant une flotte immense de 125 cm3 sur Paris mais "de proposer son service à d'autres villes en France dès 2020 puis de déployer Troopy en Europe", explique Axel Vilaseca. "L'objectif de Troopy est de rendre son service accessible partout avec une même application", affirme-t-il. En s'alliant à Vulog pour développer plate-forme et software, Troopy s'est facilité la tâche. Et pourquoi pas se lancer sur le marché B2B ? Avec l'appui de la start-up niçoise, Troopy pourrait facilement attribuer des flottes de scooters à des entreprises partenaires…

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale