Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Trov, Lemonade, Roadzen, Neosurance... Quatre insurtechs qui cartonnent à l'étranger

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Cette année, plus d'une centaine d'insurtechs ont candidaté pour participer au Paris Fintech Forum 2018 qui se tient les 30 et 31 janvier au palais Brongniart. Seule une poignée a été sélectionnée. La rédaction de L'Usine Digitale a retenu quatre d'entre elles, qui ont déjà développé une activité prometteuse en Inde, en Chine, en Italie ou aux Etats-Unis. Présentation.

Trov, Lemonade, Roadzen, Neosurance... Quatre insurtechs qui cartonnent à l'étranger
L'insurtech Lemonade, présente au Paris Fintech Forum, revendique 100 000 utilisateurs aux Etats-Unis. © Lemonade

Trov développe des micro assurances et tape dans l'oeil de Waymo

Une montre, un appareil photo, un bijou… Aux Etats-Unis, la start-up Trov propose une nouvelle approche d'assurance à la demande et sur mesure. "Le particulier décide quel produit il souhaite assurer et pour combien de temps. Il ne paye qu'au prorata et tout le parcours est digital. C'est un peu le concept d'iTunes où vous décomposez un album de musique en différents morceaux consommables à la demande. Cette assurance joue contre la perte, le vol, le sinistre. C'est une assurance universelle dont le prix varie selon la valeur de l'objet", expose Scott Walcheck, le CEO et fondateur de la start-up.

 

L'entreprise ne divulgue pas combien de clients elle a séduit et explique mesurer sa performance au nombre de journées assurées comme Airbnb mesure sa performation au nombre de nuits louées. Pour construire ses produits, Trov s'appuie sur des compagnies d'assurance déjà établies et se positionne donc comme un courtier. La jeune entreprise travaille notamment avec Axa.

 

Après avoir débuté par une approche grand public, Trov s'oriente désormais vers une logique B2B et compte nouer des partenariats avec des entreprises qui disposent d'importantes bases de clients. Un moyen de limiter les coûts d'acquisition, particulièrement onéreux sur ce marché. Le premier partenariat rendu public a été noué avec Waymo, la branche de la maison-mère de Google spécialisée dans les véhicules autonomes. "Nous proposons un système de protection des passagers à bord basé sur les données issues des véhicules autonomes", explique l'entrepreneur.

 

Lemonade passe le cap des 100 000 assurés aux Etats-Unis

Basée à New York, Lemonade a développé ses propres polices d'assurance sans s'appuyer sur des compagnies existantes. Elle dispose aujourd'hui d'une licence dans 27 Etats américains. "Nous voulions avoir une plus grande marge de manœuvre et ne pas dépendre d'une grande organisation", explique Daniel Schreiber, CEO de Lemonade qui compte aujourd'hui 60 collaborateurs.

 

"En Europe et aux Etats-Unis, les acteurs qui dominent le marché sont les mêmes depuis des années. La moyenne d'âge de ces entreprises est d'une centaine d'années et la question est de savoir si la structure sur laquelle repose ces entreprises pourra servir le futur. Il s'agit de statistiques et de prévoir des risques de manière raisonnable et solide. Or, avec les anciennes architectures il est difficile de traiter les big data et les données de manière approfondie. Nous sommes arrivés à un point de basculement où les jeunes entreprises tech, comme Trov et Lemonade, ont accès à ces données plus approfondies", estime-t-il.

 

Lemonade propose des produits d'assurance habitation classiques mais avec une expérience entièrement basée sur le mobile et elle utilise des algorithmes d'apprentissage automatique pour optimiser les processus métiers. Elle a également développé un chatbot pour offrir un mode d'interaction supplémentaire à ses clients. La start-up entend aussi se distinguer par son approche solidaire : les primes collectées qui n'ont pas été utilisées pour dédommager les assurés sont reversées à des associations caritatives choisies préalablement par les clients.

 

Lemonade revendique aujourd'hui 100 000 clients aux Etats-Unis. "90% ont moins de 35 ans et n'avaient jamais souscrit à une assurance avant", précise Daniel Schreiber. Lemonade a récemment levé 120 millions de dollars lors d'un tour de table mené par le géant japonais Softbank. Elle entend désormais étendre son activité à l'international.

 

Roadzen séduit 27 compagnies d'assurance en Inde et en Chine

Contrairement à Trov et Lemonade, Roadzen s'est tout de suite orientée vers une approche B2B. Présente en Inde, en Chine et aux Etats-Unis, elle travaille actuellement avec 27 compagnies d'assurance, qui regroupent 10 millions de clients, à qui elle propose trois choses : la souscription de nouveaux produits basés sur l'analyse de données, la gestion des sinistres en temps réel et la fourniture d'une assistance à leurs clients finaux.

 

Rohan Malhotra, le CEO de l'insurtech, explique avoir créé Roadzen pour résoudre un problème. "Un de mes amis a eu un accident. Il m'a fallu quatre heures pour que quelqu'un vienne récupérer sa voiture et deux heures de plus pour déclarer le sinistre. Alors qu'en parallèle, il ne vous faut que 10 minutes pour commander une pizza. Là, j'avais vraiment besoin d'une aide immédiate. Je me suis donc dit qu'il y avait une opportunité à saisir", raconte-t-il.

 

Aux Etats-Unis, la start-up développe une offre différente commercialisée auprès des e-commerçants pour le retour de colis. "En fonction du panier de l'internaute et de son historique d'achat, nos algorithmes vont calculer le prix d'une offre d'assurance à laquelle il peut souscrire avant de valider sa commande pour ne pas qu'il ait à payer pour retourner ses colis", explique Priya Patel, vice-présidente en charge du produit.

 

Roadzen est aujourd'hui rentable et compte 200 collaborateurs dans le monde. Elle a déjà procédé à deux levées de fonds dont le montant n'est pas connu et entend s'attaquer au marché européen.

 

Neosurance s'attaque aux communautés digitales

Basée à Milan, l'insurtech Neosurance se positionne comme fournisseur de technologies et ambitionne de créer des ponts entre les compagnies d'assurance d'un côté et les communautés digitales de l'autre. Par communautés digitales, il faut comprendre utilisateurs d'un même service en ligne ou d'une même application mobile. A ces communautés, Neosurance souhaite proposer de nouveaux services de protection et d'assistance au moment et sur le lieu où elles en ont besoin.

 

Explications par l'exemple avec un cas d'usage fictif. "Si vous utilisez l'application mobile Air France et que vous arrivez à la dépose bagage à l'aéroport, nous sommes capables de vous envoyer une notification exactement à ce moment-là pour vous proposer de protéger vos bagages avec un message très clair qui explique ce que couvre, ou non, la police d'assurance. Vous aurez alors la possibilité de souscrire immédiatement à cette offre pour quelques euros et d'en bénéficier de manière instantanée", expose Diego Caputo, en charge du développement commercial de la start-up.

 

Pour proposer une telle approche, la technologie de Neosurance repose sur trois couches. La première permet de se connecter aux systèmes des communautés digitales concernées pour suivre le comportement de l'utilisateur. La seconde utilise des algorithmes de machine learning pour cerner le contexte et la dernière d'adapter la présentation du produit et le message qui l'accompagne selon les individus pour une approche personnalisée.

 

Neosurance propose d'ores et déjà un produit d'assurance voyage développé en partenariat avec Axa Italie. Celui-ci est proposé aux utilisateurs lorsqu'ils arrivent sur le lieu de séjour. L'insurtech travaille aujourd'hui sur des projets plus ou moins avancés avec une trentaine de communautés digitales qui représentent 35 millions d'utilisateurs. Passée par l'accélérateur Plug and Play dans la Silicon Valley, la start-up vient d'ouvrir un bureau aux Etats-Unis. Elle est également en discussions avancées pour se lancer en France. Elle a précédemment levé un million d'euros auprès de business angels et prévoit une autre augmentation de capital pour accélérer son développement.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale