Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Trustpair, la fintech qui fait la chasse aux virements frauduleux pour les entreprises

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Levée de fonds Accompagnée par Le Swave, l'incubateur parisien dédié aux fintechs, la start-up Trustpair vient d'officialiser une première levée de fonds de 1,1 million d'euros. Sa technologie permet d'automatiser le contrôle des paiements effectués par virement au sein d'une entreprise pour prévenir les fraudes. 

Trustpair, la fintech qui fait la chasse aux virements frauduleux pour les entreprises
Les équipes de la fintech Trustpair sont incubées au Swave dans la grande arche de la Défense. © Trustpair

"Parfois, lorsqu'une entreprise pense régler un de ses fournisseurs, le virement de ce paiement s'effectue sur un autre compte, un compte qui est frauduleux. Le numéro d'un compte bancaire est constitué d'une série de chiffres qui ne permet pas d'identifier le bénéficiaire réel", expose Baptiste Collot, CEO et cofondateur de la start-up Trustpair avec Guillaume Trollux, Alexandre Gillier et Simon Elcham. Incubée au Swave, la nouvelle plate-forme d'innovation de Paris&Co dédiée à la fintech, la jeune pousse vient de finaliser une première levée de fonds d'1,1 million d'euros. L'augmentation de capital s'est faite auprès d'Axeleo, de Kima Ventures et de plusieurs business angels, dont Pierre-Antoine Dusoulier, le CEO d'Ibanfirst.

 

Automatiser les process de contrôle

Créée en 2017, Trustpair entend renforcer et automatiser les process de contrôle de ces paiements jusqu'à présent effectués à la main au sein des entreprises. "Les entreprises ont des bases de coordonnées fournisseurs très importantes. On parle de milliers et de dizaines de milliers de comptes bancaires. Un contrôle à la fin de chaque paiement n'a donc pas forcément lieu", explique l'entrepreneur, qui s'est retrouvé confronté à cette problématique pendant ses quatre années passées à la trésorerie de Bouygues Telecom.


Pour surmonter cet écueil, Trustpair procède en deux étapes. D'abord, la fintech s'attache à analyser la base de données des comptes bancaires des fournisseurs d'une entreprise. "Chez nos clients, 30 à 50% des données sont caduques ou erronées. Repartir sur une base saine, c'est la meilleure méthode pour prévenir les fraudes ou les erreurs humaines", explique Baptiste Collot. Ensuite, les algorithmes de Trustpair identifient les anomalies dans la chaîne de paiement en s'appuyant sur les habitudes de paiement, comme les montants, la périodicité, etc.

 

Vers des algorithmes plus performants

Dans le cadre de son incubation au Swave, Trustpair collabore avec l'Institut Louis Bachelier (organisme de recherche dans l'économie et la finance) pour injecter dans ses algorithmes une dose d'apprentissage automatique. Grâce à la levée de fonds, la start-up entend d'ailleurs mettre l'accent sur la partie technologique. Elle prévoit ainsi de recruter une quinzaine de nouveaux collaborateurs et privilégiera les profils techniques.


Aujourd'hui, Trustpair compte une dizaine de salariés et a déjà signé avec cinq clients, dont l'agro-industriel Axeréal (3 milliards d'euros de CA annuel), et le Crédit immobilier de France. Trustpair vise essentiellement les ETI et les grands groupes. Pour accélérer la commercialisation de sa solution, distribuée sous la forme d'une licence annuelle, elle propose d'auditer gratuitement les bases de données de ses prospects. "Cela leur permet d'avoir une bonne vision des risques auxquels ils s'exposent", commente l'entrepreneur.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale