Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

TSMC au firmament grâce à Apple... mais après ?

Analyse Le fondeur taïwanais des semi-conducteurs TSMC affiche des résultats record en 2015. Une performance qu’il doit à son client Apple. Mais qu’en sera-t-il demain ?
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

TSMC au firmament grâce à Apple... mais après ?
TSMC au firmament grâce à Apple... mais après ?

"Ce sont les meilleures résultats de toute l’histoire de TSMC." Morris Chang, le PDG-fondateur du numéro un mondial des services de fonderie de semi-conducteurs, ne cache pas sa satisfaction. Le groupe taïwanais a terminé l’année 2015 avec un chiffre d’affaires de 26,6 milliards de dollars, en bond de 10,6%, et un bénéfice net de 9,2 milliards de dollars, en hausse de 16,2%. Une performance d’autant plus remarquable que le marché mondial des services de fabrication de puces électroniques en sous-traitance n’a progressé que 5,1% à 49,3 milliards de dollars en 2015, selon TrendForce.

 

TSMC s'accaprer une part de lion: 54% du marché

TSMC s’accapare 54% du marché des services de fonderie de semi-conducteurs et creuse l’écart avec ses trois plus gros concurrents dans le monde, le taiwanais UMC, l’américain GlobalFoundries et le coréen Samsung, dont aucun ne dépasse les 5 milliards de dollars le chiffre d’affaires et donc 10% de part de marché. Et l’embellie devrait se poursuivre, du moins à court terme, à en croire TrendForce qui le voit atteindre les 30 milliards de dollars en 2016.

 

Cette bonne forme, le géant taiwanais la doit surtout à un client majeur : Apple. Non content d’avoir gagné l’exclusivité de la fabrication du processeur A8 en gravure de 20 nanomètres pour l’iPhone 6 qu'il continue à produire pour l'iPad mini et le décodeur Apple TV, il a aussi emporté en 2015 la production du A9 en technologie FinFET 16 nm de l’iPhone 6S en partage avec Samsung et GlobalFoundries. La répartition n’est pas connue, mais selon les observateurs, Apple aurait divisé ses commandes à égalité entre Samsung (avec GlobalFoundries comme seconde source) et TSMC. Les services de fabrication en technologies de 20 et 16 nanomètres, dont la firme à la pomme constitue le principal client, représentent 20% du chiffre d’affaires du sous-traitant taiwanais en 2015.

 

Le scandale du Chipgate joue en faveur de TSMC

Selon les médias à Taïwan, TSMC bénéficie à fonds du scandale du "Chipgate" selon lequel la version du processeur A9 fabriquée par Samsung est moins performante que celle réalisée par le taïwanais. Pour éviter qu’un tel fiasco se répète, la firme à la pomme aurait décidé de confier l’exclusivité de la fabrication de son prochain processeur A10 à TSMC. Le fondeur taiwanais ne confirme pas l’information mais annonce le lancement de la nouvelle version de son procédé de fabrication FinFET 16 nm en mars 2016, un timing qui colle avec le planning de préparation du prochain iPhone 7 attendu à l’automne 2016.

 

Mais cette dépendance vis-à-vis d’Apple pourrait s’avérer dangereuse à long terme. Samsung en a fait les frais quand la firme à la pomme a basculé sur TSMC pour la fabrication de sa puce A8. Le géant coréen a alors vu ses revenus de fonderie plonger de 24,5% à moins de 3 milliards de dollars en 2014, selon IC Insights. A chaque génération d’iPhone, Apple revoit toute sa chaîne d’approvisionnement. L’idée que la firme à la pomme se tourne pour la fabrication de son processeur vers Intel n’est pas exclue.

 

Perte du contrat de Qualcomm au profit de Samsung

L’exemple de Qualcomm constitue un mauvais signal. Le numéro un mondial des puces pour mobiles a confié l’exclusivité de la fabrication de sa puce SnapDragon 820 en FinFET 14 nm à Samsung, alors que jusqu’ici il s’était toujours appuyé sur TSMC pour la production de ses processeurs mobiles. Une infidélité qui devait coûter cher au taïwanais. D’ailleurs, Morris Chang avoue manquer de visibilité sur les commandes à venir. Ce qui le pousse à revoir à la baisse ses projections de croissance entre 5 et 10% pour 2016, alors qu’avant il anticipait un bond de 10%.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale