Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Uber fait la paix avec les chauffeurs de taxis... et entre en guerre contre les centrales d'appels

Après plusieurs mois d'une guerre juridique sans merci, les chauffeurs de taxis allemands vont peut-être faire ami-ami avec Uber. La start-up leur propose depuis le 29 septembre  de s'inscrire sur sa nouvelle application UberTaxi. Ils peuvent ainsi proposer leurs services aux clients de la jeune pousse californienne, et circuler le moins longtemps possible à vide. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Uber fait la paix avec les chauffeurs de taxis... et entre en guerre contre les centrales d'appels
Uber fait la paix avec les chauffeurs de taxis... et entre en guerre contre les centrales d'appels © Uber

La start-up spécialiste de la réservation de véhicules de tourisme avec chauffeur veut se réconcilier avec les chauffeurs de taxis, qui l'accusent de concurrence déloyale. Elle propose en Allemagne depuis le 29 septembre un nouveau service, baptisé UberTaxi. Il a déjà fait ses preuves dans de grandes villes, comme Londres ou New York.

Les taxis détenteurs d'une licence peuvent s'enregistrer sur cette plate-forme et proposer leurs services aux clients de la jeune pousse californienne qui cherchent via l'application mobile Uber un véhicule à même de les transporter (ce programme fonctionne grâce à la géolocalisation). Cela permet aux taxis qui utilisent ce service de circuler le moins possible à vide.

de multiples attaques en justice

Avec cette nouveauté, Uber fait directement concurrence aux centrales d'appel comme Quality Taxi. Ces entreprises prennent en charge les appels téléphoniques des personnes qui cherchent un véhicule et dispatchent les courses entre les taxis membres de leur réseau, en fonction de leur position géographique. En échange, les chauffeurs leurs reversent une partie du prix de ces courses.

Ces sociétés vont probablement essayer de freiner le déploiement de cette offre dans le pays, notamment en attaquant Uber en justice. Elles sont déjà parvenues à faire interdire à Berlin et Hambourg l'offre de covoiturage de la jeune pousse, baptisée UberPop. Une interdiction levée par la justice le 16 septembre et qui n'a pas empêché la start-up de multiplier par cinq son nombre d'abonnés en Allemagne depuis le début de l'année 2014.

Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale