Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Uber met en place un système de reconnaissance faciale pour renforcer la sécurité des clients

Uber annonce une mesure de plus pour assurer la sécurité de ses clients. L'entreprise de VTC met en place un système de reconnaissance faciale via lequel l'identité des chauffeurs et livreurs est vérifiée périodiquement. Si le chauffeur le préfère, la vérification peut être réalisée de manière manuelle.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Uber met en place un système de reconnaissance faciale pour renforcer la sécurité des clients
Uber met en place un système de reconnaissance faciale pour renforcer la sécurité des clients © Uber

Uber a annoncé mettre en place un système de reconnaissance faciale dès ce lundi 16 décembre 2019. Ce dispositif a pour but de vérifier l'identité des chauffeurs de VTC et livreurs de repas (Uber Eats) afin de lutter contre le phénomène des "faux chauffeurs". Les coursiers et chauffeurs peuvent "choisir entre un contrôle automatisé utilisant la technologie biométrique ou un contrôle purement manuel effectué par un agent de support Uber", précise l'entreprise de VTC. Toutefois, le contrôle automatisé sera instantané tandis que le contrôle manuel prendra quelques minutes.

 

Des contrôles périodiques et aléatoires

Dans un premier temps, les chauffeurs et livreurs devront prendre une photo qui sera vérifiée par les équipes afin de s'assurer qu'elle corresponde aux papiers d'identité fournis. L'entreprise américaine explique qu'il sera ensuite "périodiquement demandé aux coursiers et chauffeurs de prendre un selfie en temps réel" afin de comparer la photo avec celle du titulaire du compte, que ce soit lors de la connexion à l'application ou entre deux livraisons ou deux courses.

 

Le contrôle sera automatique si un consommateur, un passager ou un restaurant signale un doute sur l'identité de la personne. En cas de non concordance des photos ou de non réalisation du selfie, le compte sera suspendu temporairement.

 

 

Près de 6 000 signalements aux Etats-Unis

Cette annonce a été faite par Uber quelques jours après la publication de nombreux témoignages sur les réseaux sociaux relatant de mauvaises expériences et agressions sexuelles qu'auraient subies des clients. En France, plusieurs personnes ont partagé leur histoire sur le réseau social Twitter sous le hashtag "ubercestover". Dans la foulée, Uber a publié un rapport sur la sécurité aux Etats-Unis. L'entreprise reconnaît avoir reçu près de 6 000 signalements d'attouchements, de tentatives d'agression et de viols de la part des clients ou des chauffeurs en 2017 et 2018.

 

Ce n'est pas la première fois qu'Uber est mis en cause pour des problèmes de sécurité. A ses débuts, l'entreprise de VTC partageait directement le numéro de téléphone des clients auprès des chauffeurs… Uber a dû mettre en place un système permettant de garantir le respect de la vie privée de ses clients et de ses chauffeurs en ne transmettant plus les numéros de téléphone.

 

Plus récemment, le Transport for London (TfL), l'autorité des transports londoniens, a refusé de renouveler la licence d'exercer d'Uber en raison de défaillances mettant en danger les passagers. Sont notamment évoqués le fait que des conducteurs sans permis peuvent mettre leur photo sur les comptes d'autres conducteurs et que des conducteurs sans permis ou suspendus arrivent à créer des comptes actifs sur la plate-forme. Une décision actuellement contestée par Uber.

 

DiDi, l'entreprise chinoise de VTC, a mis en place un système reconnaissance faciale obligatoire avant que tout chauffeur ne prenne le volant. Toutefois, cela n'a pas empêché un chauffeur de se faire passer pour son père. Une falsification d'identité qui aurait conduit au meurtre d'une passagère en mai 2018.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media