Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Uber mise sur le lobbying en recrutant le conseiller politique star de Barack Obama, David Plouffe

Uber a embauché une vedette de la scène politique américaine : David Plouffe, le directeur de campagne de Barack Obama en 2008. L'entreprise de véhicules de tourisme avec chauffeur mise sur son habileté, ses contacts, et sa maîtrise des nouvelles technologies pour faire passer les messages qui lui sont favorables auprès de l'administration américaine, mais aussi de celle des 44 pays où elle est implantée... et où elle est accusée de concurrence déloyale par les chauffeurs de taxis.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Uber mise sur le lobbying en recrutant le conseiller politique star de Barack Obama, David Plouffe
Uber mise sur le lobbying en recrutant le conseiller politique star de Barack Obama, David Plouffe © uber

Illégal à Las Vegas, Miami, Austin, mais aussi Berlin, le service de véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC) Uber fait l'objet de fortes pressions. En France, les chauffeurs de taxi ont fait grève à plusieurs reprises pour pousser le gouvernement à encadrer plus strictement la profession. Selon eux, les sociétés de VTC, Uber en tête, sont coupables de concurrence déloyale. Le 18 juin, le député de Saône-et-Loire Thomas Thévenoud a déposé un projet de loi à l'Assemblée nationale allant dans ce sens.

changer le point de vue des politiques

Mais la compagnie basée à San Francisco ne se laisse pas faire. Elle riposte aux attaques du lobby des taxis en embauchant, au poste de vice-président en charge des questions politiques et de la stratégie, l'ex-directeur de campagne et conseiller politique star de Barack Obama David Plouffe. Dans une interview diffusée sur le site Politico, il explique : "Je vais essayer de changer le point de vue des politiciens. Il y a beaucoup de résistance de la part de ceux qui veulent protéger le statu quo."

Quand Internet devient une arme

Pour y parvenir, il devrait utiliser son arme favorite : les internautes. Il pourrait par exemple mobiliser les utilisateurs d'Uber sur le web, pour faire pression sur les autorités publiques. Il avait déjà utilisé ces méthodes avec succès lors de la campagne présidentielle de 2008, remportée par Barack Obama.

Il dispose aussi du trésor de guerre accumulé par Uber depuis sa création en 2009. De nombreux investisseurs ont misé sur cette start-up valorisée, après sa dernière levée de fonds bouclée en juin 2014, 18,2 milliards de dollars, soit 8 milliards de plus que Airbnb.

Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale