Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Uber rachète les vélos électriques en libre service de Jump Bikes

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Uber, qui a conclu un premier partenariat avec Jump Bikes début 2018 et propose à ses clients de San Francisco ses vélos électriques en libre service, a finalement décider de racheter la société. Le montant de cet accord n'a pas été communiqué.

Uber rachète les vélos électriques en libre service de Jump Bikes
Uber rachète les vélos électriques en libre service de Jump Bikes © Uber/DR

Un test qui s'avère payant. Uber annonce ce lundi 9 avril 2018 le rachat de la société Jump Bikes. Cette annonce intervient alors que l'entreprise de VTC propose déjà depuis le début de l'année à ses clients de San Francisco l'utilisation de ces vélos électriques en libre service et sans borne suite d'un partenariat déjà conclu avec Jump Bikes. Equipés d'un GPS, ses vélos sont géo-localisables sur l'application d'Uber à San Francisco. Une fois réservé un code est transmis à l'utilisateur pour qu'il puisse le débloquer et l'utiliser. Le montant de ce rachat n'a pas été précisé par les sociétés. Mais TechCrunch évoquait la semaine dernière un accord atteignant 100 millions de dollars.
 

Des vélos en libre-service à San franciso et  Washington DC... mais pas seulement

Jump Bikes gère un parc de 250 vélos à San Francisco et est également présent à Washington DC. Son PDG, Ryan Rzepecki a déjà fait part de son envie d'étendre son service de vélos électriques lancé en 2017 à d'autres villes d'ici à la fin 2018. Mais Jump Bikes, via Social Bicycles, fournit également les logiciels et systèmes nécessaires à la mise en place d'un tel service à d'autres sociétés. Social Bicycles se targue ainsi d'équiper un parc de 15 000 vélos répartis dans 40 villes et 6 pays pour un total 5 millions de courses réalisées sur les quatre dernières années.

 

Uber cherche à se diversifier

Pour Uber, c'est un moyen de se diversifier en proposant différents service de mobilité. En ligne de mire : l'amélioration de la qualité de vie dans les villes qui passe par "la décongestion du trafic, la réduction de la pollution en ville et la diminution des besoins de stationnement", liste son CEO Dara Khosrowshahi dans un post de blog. Les clients d'Uber à Wasington DC et San Francisco peuvent donc choisir sur la même application le moyen de mobilité le plus rapide et le moins cher "peu importe que ce soit dans un Uber, sur un vélo, ou dans le métro", précise Dara Khosrowshahi. L'application indique le vélo disponible le plus proche et il est possible de le réserver pour un coût d'utilisation de 2 dollars pour trente minutes.

 

 

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale