Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Uber supprime 350 emplois supplémentaires, dont certains dans sa division "véhicule autonome"

Vu ailleurs Uber supprime 350 emplois supplémentaires. Cette nouvelle vague de licenciement survient après les annonces de la suppression de 400 postes en juillet et 435 emplois en septembre. La division en charge du développement des véhicules autonomes est touchée par ce processus de restructuration qui semble toucher à sa fin.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Uber supprime 350 emplois supplémentaires, dont certains dans sa division véhicule autonome
Uber supprime 350 emplois supplémentaires, dont certains dans sa division "véhicule autonome" © Pixabay

Uber poursuit ses réductions d'effectifs. Le géant du VTC supprime 350 postes supplémentaires à travers différentes divisions, annonce lundi 14 octobre 2019 TechCrunch. Sont impactées les divisions Eats, performance marketing, Advanced Technologies Group (département en charge du développement des véhicules autonomes) et le recrutement. Cette annonce intervient alors qu'Uber vient de s'offrir le spécialiste chilien de la livraison de courses Cornershop.

 

Une dernière vague de licenciement ?

70% des employés concernés par ces réductions d'effectifs sont basés aux Etats-Unis et au Canada, selon TechCrunch. Et d'autres employés vont être relocalisés. Cette nouvelle vague de licenciement intervient après la suppression de 400 postes en juillet et de 435 postes en septembre. Ce sont donc plus 1100 emplois qui ont été supprimés en tout. Toutefois, ce serait la dernière vague de licenciement de ce processus de restructuration engagé plus tôt dans l'année.

 

"Comme vous le savez, au cours des derniers mois, nos dirigeants ont regardé attentivement leurs équipes afin de s'assurer que notre organisation soit structurée au mieux pour trouver le succès lors des prochaines années", a écrit le CEO d'Uber Dara Khosrowshahi dans un mail adressés aux employés. A ses débuts, Uber a embauché rapidement pour répondre à la croissance de la start-up. Avec désormais 27 000 employés à temps plein à travers le monde, l'entreprise, qui a fait son entrée en Bourse en mai 2019, a besoin de repenser son organisation pour qu'elle soit plus efficace, expliquait un porte-parole le mois dernier.

 

Un business model contesté en Californie

Cette restructuration intervient alors qu'Uber a affiché des pertes record de 5 milliards de dollars au second trimestre de l'année. De plus, le géant du VTC pourrait voir son business model vaciller en Californie. L'Etat a voté une loi, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2020, accordant le statut de salarié aux chauffeurs travaillant principalement ou régulièrement pour la plate-forme. Uber a annoncé par la suite avoir provisionné 30 millions de dollars pour financer un référendum à l'horizon 2020. Mais d'autres fronts pourraient s'ouvrir dans d'autres Etats.

 

La plupart des divisions d'Uber ont été touchées par ces réductions d'effectifs. Mais c'est la première fois que le département en charge du développement des véhicules autonomes est touché depuis que Toyota et Softbank ont investi 1 milliards de dollars en avril dernier. Uber a vu ses recherches sur le véhicule autonome fortement impactées depuis l'accident mortel survenu en mars 2018. Et ce alors même que pour certains analystes le développement de cette technologie est primordiale pour le business model du géant du VTC.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media