Uber veut mettre plus de femmes au volant de ses voitures

Coup de pub ou réelle volonté de changement ? Uber, après de nombreuses accusations de sexisme, a décidé de s'allier avec UN Women et promis d'embaucher 1 million de conductrices d'ici à 2020.

 

Partager
Uber veut mettre plus de femmes au volant de ses voitures

Dans un message de blog, le service de VTC Uber a annoncé sa nouvelle campagne : une alliance avec les Nations unies pour "accélérer les opportunités économiques des femmes". Uber promet ainsi de créer 1 million d'emplois pour des conductrices d'ici à 2020. Uber a bien besoin de redorer son image auprès des femmes. Après un premier scandale concernant la journaliste américaine Sarah Lacy, qu'un dirigeant d'Uber avait menacé, le service avait été attaqué de toutes parts pour son traitement des femmes. Sans compter des affaires de viol à Boston et New Delhi, où le service a été suspendu. Il semblerait donc que l'ancien conseiller d'Obama, le stratège David Plouffe, désormais chez Uber, soit en train de mettre en place une nouvelle campagne de redressement d'image pour le géant des VTC.

Une activite majoritairement masculine

Uber affirme dans son message de blog que sur 160 000 conducteurs aux États-Unis, 14% sont des femmes. Uber ajouterait plusieurs milliers de conducteurs par mois. Le service n'a pas donné de chiffres à l'échelle mondiale, mais historiquement, les chauffeurs de taxis sont majoritairement des hommes, l'occupation n'étant pas sans dangers. Dans la ville de New York, par exemple, sur un peu plus de 50,000 chauffeurs de taxis en 2014, les femmes représentaient 1% des conducteurs.

Uber mise sur la flexibilité

Uber tente une approche différente toutefois, mettant en avant sa flexibilité : "Uber n'exige pas un nombre [minimum] d'heures, ni d'emploi du temps fixe," a expliqué Salle Yoo, l'avocate d'Uber. "[Uber] offre l'opportunité d'être entrepreneurial, et de trouver un équilibre entre travail et vie de famille". En effet, l'attrait des services de VTC ou co-voiturage comme Uber et Lyft, réside dans leur flexibilité et leur faible barrière à l'entrée (pas besoin de payer une licence). Un atout pour attirer les conductrices. Mais pas sûre que cela suffise. Comment Uber compte-t-il recruter des femmes ? En "investissant dans des programmes au long-terme dans les communautés locales où nous vivons et travaillons" affirme le service sans donner plus de précisions.

Toutefois les passagères n'auront pas encore la possibilité de réclamer une conductrice, selon Salle Yoo. Elle a rappelé les mesures de sécurité de l'application, dont une notification aux clients signalant l'identité du conducteur, et la possibilité de partager via SMS son heure d'arrivée avec d'autres personnes.

Nora Poggi

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS