Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Ubisoft et Zero Latency s'associent autour d'une expérience Far Cry en réalité virtuelle

Vidéo Ubisoft s'associe à l'entreprise australienne Zero Latency pour transposer l'univers de Far Cry 3 dans une expérience de réalité virtuelle hors du domicile. Un signe de bonne santé pour le marché LBVR et qui prouve aussi la réussite du modèle économique de Zero Latency, dont 76% des centres partenaires étaient à nouveau ouverts au début du mois malgré la crise du Covid-19.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Ubisoft et Zero Latency s'associent autour d'une expérience Far Cry en réalité virtuelle
Far Cry: Dive Into Insanity permettra à huit joueurs de faire face à Vaas sur l'île de Far Cry 3. © Ubisoft / Zero Latency

Ubisoft a fait l'annonce d'un nouveau jeu en réalité virtuelle pour le divertissement hors du domicile le 10 septembre, durant sa conférence Ubisoft Forward. Basé sur la série Far Cry, et plus précisément son troisième opus, iI est développé en collaboration avec l'entreprise australienne Zero Latency et sera exclusif à ses centres partenaires.

Baptisée Far Cry VR: Dive Into Insanity, l'expérience prendra la forme d'un jeu de tir multijoueur (de 1 à 8 personnes) en free roaming dans lequel les participants devront se confronter à Vaas, l'antagoniste charismatique de Far Cry 3, tout en explorant l'île tropicale. Chaque partie durera 30 minutes. La commercialisation du jeu est prévue pour 2021.
 


Ubisoft multiplie les projets VR

Ubisoft continue de s'investir sérieusement dans la réalité virtuelle. Outre cette annonce, l'entreprise a dévoilé le jeu de simulation spatiale AGOS: A Game of Space durant sa conférence. Son partenariat avec Oculus autour des licences Assassin's Creed et Splinter Cell a aussi été officialisé lors de Facebook Connect. Et il poursuit le développement de ses propres escape games VR, le dernier en date étant basé sur Prince of Persia.

"Ce partenariat avec Ubisoft a commencé à prendre forme il y a 18 mois, nous explique Tim Ruse, CEO of Zero Latency. Nous étions à la recherche de contenu et nous les avons rencontré lors d'un salon professionnel. Après discussion, nous avons convenu que l'univers de Far Cry convenait à ce que nous souhaitions."

D'autres partenariats autour d'œuvres connues à venir
Zero Latency dispose de sept expériences à l'heure actuelle. Far Cry VR, qui sera la huitième, a vocation à devenir l'un de ses titres phares. Le dirigeant mise beaucoup sur son succès. Certaines des anciennes expériences, dont le game design a vieilli, seront aussi arrêtées dans les années qui viennent. "Mais cela prendra du temps car elles restent très populaires et elles devront donc être remplacées par quelque chose d'équivalent," commente Tim Ruse.

Il compte développer ce type de partenariats à l'avenir autour de films ou de jeux et confie "avoir quelques discussions en cours". L'une des pistes évoquées est l'adaptation de jeux vidéo existants grâce au SDK mis au point par Zero Latency. La seule contrainte est qu'ils aient été développés sur l'Unreal Engine.

46 centres à date et d'autres en préparation
L'entreprise compte 46 centres de divertissements dans son réseau à date (avec un espace de jeu de 200 m² en moyenne), et d'autres sont en cours d'installation. Elle n'en a qu'un seul en France pour le moment (Hypervirtual, à Nantes), mais deux autres sont prévus d'ici début 2021. Les centres sont indépendants et opèrent en tant que franchisés. "Nous fournissons aussi certains musées en marque blanche, par exemple en Corée du Sud", indique Tim Ruse.

Le coût minimum d'une installation est de 200 000 dollars américains, en comptant l'aménagement des locaux et l'équipement nécessaires (casques VR, PC sac à dos, fusils accessoires). Deux à trois opérateurs sont typiquement nécessaires. Les frais de licences sont prélevés en fonction des revenus, un modèle vertueux car les gains de Zero Latency sont conditionnés à la réussite des centres. Chacun des centres a accès à l'ensemble du catalogue ainsi qu'à une suite d'outils de réservation et de gestion du système.
 


76% des centres ouverts début septembre
Si la pandémie de Covid-19 a un peu ralenti le business, elle a surtout pousser Zero Latency à pivoter vers un système d'installation des équipements à distance qui simplifie les choses plutôt que de se déplacer physiquement. Début septembre, 76% des centres en question étaient de nouveau ouverts et opérationnels.

"Même si la pandémie n'est pas encore derrière nous, nous observons une résurgence des ventes de billets dans les villes où les conditions sanitaires sont redevenues normales, révèle Tim Ruse. Comme nos expériences n'impliquent que de petits groupes, cela ne pose pas trop de problèmes, et nous avons toujours eu des conditions d'hygiène très strictes qui font que nous étions prêts dès le départ. De plus il est même possible d'implémenter des mesures de distanciation sociale durant les parties si nécessaire."

60% des centres sont désormais équipés par HP
Cette résilience offre un contraste notable avec les difficultés rencontrées par les entreprises nord-américaines comme Sandbox VR, qui a fait faillite le mois dernier. Elle témoigne d'une approche plus rationnelle fondée sur un business model solide, qui a permis à Zero Latency de persévérer malgré des débuts un peu brouillon en 2015.

L'entreprise utilisait à l'époque des casques OSVR et un tracking maison, mais a pivoté l'année dernière vers des équipements HP Reverb G1 (casques et PC) qui sont de bien meilleure qualité. A la publication de cet article, 60% des centres de l'entreprises sont passés sur cette nouvelle génération du système. D'après Tim Ruse, Zero Latency n'a en revanche pas encore prévu de passer à l'excellent Reverb G2.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media