Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Un affilié du groupe cybercriminel NetWalker a été condamné à près de 7 ans de prison

Vu ailleurs Sébastien Vachon-Desjardins, un ressortissant canadien, a été condamné à six ans et huit mois de prison pour s'être livré à des cyberattaques par ransomware en relation avec le groupe criminel NetWalker. Il avait obtenu plus de 2000 bitcoins en ciblant 17 victimes canadiennes et d'autres entités dans le monde.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Un affilié du groupe cybercriminel NetWalker a été condamné à près de 7 ans de prison
Un affilié du groupe cybercriminel NetWalker a été condamné à près de 7 ans de prison © Ayrus Hill/Unsplash

Un affilié du groupe criminel NetWalker a été condamné à une peine de prison de six ans et huit mois de prison par la Cour de justice de l'Ontario, d'après un document judiciaire publié par The Record. Sébastien Vachon-Desjardins, un ressortissant canadien, a été reconnu coupable d'avoir mené une série d'attaques contre 17 victimes canadiennes, des entreprises et des collectivités territoriales, et d'autres entités à travers le monde.

Le groupe criminel NetWalker est connu depuis longtemps. Un rapport de McAfee, publié en août 2020, affirmait que les attaques opérées par le ransomware de l'organisation avaient rapporté plus de 25 millions de dollars grâce à des rançons versées entre mars et juillet 2020. L'infrastructure de NetWalker avait finalement été démantelée en janvier 2021 par les autorités américaines et bulgares. 

Un chiffre d'affaires de 2000 bitcoins
Sébastien Vachon-Desjardins est un affilié, c'est-à-dire qu'il utilise le ransomware pour infiltrer le système d'information de ses victimes mais n'est pas à l'origine du malware. Arrêté en janvier 2021 lors des opérations de démantèlement, il a reconnu les faits qui lui étaient reprochés. Ses activités criminelles lui ont permis d'engendrer un chiffre d'affaires de 2000 bitcoins. 720 bitcoins ont été saisis par les forces de l'ordre et 1200 ont servi à rétribuer NetWalker ou des complices, d'après le jugement. 

L'enquête canadienne est partie d'un tuyau du Federal Bureau of Investigation (FBI) qui avait localisé le suspect à Gatineau, une ville canadienne située dans la province du Québec. Son domicile a été perquisitionné. Les autorités ont déclaré y avoir saisi 640 040 dollars canadiens en espèces (environ 441 026 euros) et 420 941 dollars canadiens supplémentaires (environ 290 054 euros) sur ses comptes bancaires. Elles ont également mis la main sur 20 To de données dérobées aux organisations victimes des attaques. 

Egalement condamné pour trafic de drogue, le coupable de 35 ans aurait travaillé dans le domaine informatique pour le gouvernement canadien pendant plus de quatre ans avant de devenir affilié de NetWalker.

Une justice encore limitée par les demandes d'extradition
Cette condamnation montre que les personnes à l'origine des cyberattaques n'échappent pas toujours à la justice. Leurs arrestations restent néanmoins compliquées lorsqu'elles se situent dans des pays où il n'existe pas de traités d'extradition. La Russie, par exemple, interdit l'extradition de ses ressortissants vers un Etat étranger.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.