Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Un an après sa reprise, Qobuz affiche des ambitions européennes et crée un forfait hyper premium

Qobuz revient. Fort d'investissements, le site français de musique qui s'est singularisé par la qualité du son, propose un forfait avec un son de qualité de studio pour les passionnés de musique.  Le site veut aussi accélérer son internationalisation et, pourquoi pas, se rapprocher d'un opérateur télécoms.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Un an après sa reprise, Qobuz affiche des ambitions européennes et crée un forfait hyper premium
Un an après sa reprise, Qobuz affiche des ambitions européennes et crée un forfait hyper premium © D.R.

Le nouveau Qobuz est arrivé. Repris en 2016 au tribunal de commerce par la société Xandrie, le site français de téléchargement et diffusion en streaming payants de musique a opéré une mue tout en conservant certains de ses fondamentaux : une qualité de son telle que les passionnés de musiques sont prêts à payer davantage, des informations sur la musique…

 

Le nouvel actionnaire a mis la main au portefeuille pour moderniser l’infrastructure informatique, de sorte qu’elle soit compatible avec les ambitions internationales du groupe. Une augmentation de capital de 5 millions d’euros a eu lieu en novembre 2016 (souscrite à hauteur de 80 % environ par Denis Thebaud le pdg de Xandrie), une levée de 2 millions d’euros début 2016. Et Denis Thebaud l’assure : "Nous allons opérer une nouvelle levée de fonds d’ici à cet été, pour un montant comparable à celle de l’année dernière".

 

Des investissements dans l'infrastructure technique

Avec cet argent frais, le site français a modernisé son outil industriel, abandonné la solution d’hébergement maison pour migrer vers le service cloud Amazon Web Services. "Ainsi, nous avons facilement une extension dans le monde entier et une qualité de service impeccable", assure Denis Thebaud. Autre chantier revu pour offrir un service enrichi à l’utilisateur, le référentiel produit qui a été entièrement refait. Désormais, chaque référence possède 1000 attributs. Cela constituait un préalable avant de lancer de nouvelles interfaces pour les sites PC et Mac et de nouvelles applis pour enrichir l’expérience de l’utilisateur.

 

Autre piste suivie pour moderniser l’infrastructure et la rendre selon les mots du dirigeant  "plus moderne, plus rapide, plus fiable et plus automatisée", Qobuz a revu ses logiciels de gestion et peut désormais recevoir automatiquement les flux envoyés par les maisons de disques ou allez chercher directement chez elles.

 

Une nouvelle offre premium avec une qualité studio pour les particuliers

Réputé depuis ses débuts comme étant le site des amateurs éclairés de musique sensibles au beau son,, le challenger français de Spotify ou de Deezer a revu sa politique commerciale dans ce sens. Les nouvelles offres présentées mercredi 29 mars incluent notamment un forfait dit "Sublime plus" annuel à près de 349,9 euros par an qui offre une qualité de son exceptionnel, soit le HiRes 24 bits en streaming "C’est le son tel qu’il sort du studio sans altération, comme l’a voulu l’artiste", assure Malcolm Ouzeri, le responsable marketing de Qobuz. Actuellement, 60 000 titres du catalogue sont accessibles à ce format. L’offre "sublime plus" donne aussi un tarif privilégié pour acquérir les titres en téléchargement. Par rapport au MP3 qui est proposé dans l’offre de base à 10 euros par mois, la qualité du son est neuf fois meilleure. Qobuz propose une offre intermédiaire avec un son moins compressé offrant une qualité comparable à celle d’un CD.

 

Nul doute que ce nouveau forfait est destiné à une clientèle qui n’est pas seulement franco-française. Qobuz est déjà présent dans neuf pays européens, dont l’Allemagne qui est aujourd’hui son deuxième marché avec une croissance de 78 % des utilisateurs depuis le début de l’année. Trois nouveaux pays seront ouverts cet été : l’Espagne, l’Italie et la Pologne. Si aujourd’hui, le hors France représente la moitié du chiffre d’affaires, le PDG a l’ambition que cette part monte à 95 % rapidement. "La nouvelle offre doit nous permettre de gagner des clients à l’international", assure-t-il.

 

Un développement international accéléré

Le site de téléchargement a l’air assez sûr de lui avec ce lancement. Ainsi, le responsable marketing assure que "d’ores et déjà, les utilisateurs qui utilisent le plus nos services ont un ARPU supérieur au tarif de celui proposé pour Sublime Plus". De son côté, Denis Thebaud insiste sur le fait qu’il faut comparer le coût à celui d’autre passion. Pas de doute, pour lui, "un prix d’un euro par jour pour avoir de la belle musique reste moins cher que le cinéma, les livres ou les voitures.."

 

Pour convaincre les autres d’y souscrire et plus généralement pour attirer de nouveaux consommateurs, Qobuz a revu ses applications. C’est déjà fait pour les mac et les PC. Une nouvelle appli pour les téléphones Apple sera disponible dans un mois, et une autre pour les accros d’Androïd dans deux mois.

 

La musique classique est la deuxième catégorie la plus écoutée (24 %) devant le jazz (14 %) mais derrière le pop-rock (33%) qui arrive en tête. Qobuz a multiplié les partenariats avec des événements de musique classique ou de jazz et devrait continuer dans cette voie.

 

Des partenariats pour la diffusion 

Pour renforcer sa présence commerciale, l’entreprise a annoncé trois actions fortes : la création de "the Qobuz society" qui réunit 500 boutiques hifi qui feront tester à leurs clients la qualité Qobuz. Parallèlement, des partenariats ont été noués avec des chaines de retail européens, à l’image de l’accord qui vient d’être signé avec Boulanger en France, qui a conduit à la formation de 250 vendeurs de l’enseigne. Par ailleurs, Qobuz a signé un partenariat avec les réseaux de magasins Cultura, partenariat qui comprend aussi un lien fort entre le site Internet de l’enseigne et celui de Qobuz.

 

Quant à l’avenir, Denis Thebaud n’exclut pas de nouvelles opérations pour assoir la marque et en faire un acteur rentable du marché de la musique en ligne : "Nous avons la volonté de nouer des partenariats avec des opérateurs téléphoniques. Nous aimerions pouvoir le faire en Europe d’ici à la fin de l’année".   

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media