Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Un char caméléon, un fantassin augmenté, un chatbot… Les innovations phares de l’Armée à VivaTech 2019

Le  Ministère des Armées exposait pour la première fois du 16 au 18 mai 2019 au salon Viva Technology à Paris. Pour l’événement, 14 innovations étaient mises en avant. Objectif : démontrer la stratégie d’innovation du ministère.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Un char caméléon, un fantassin augmenté, un chatbot… Les innovations phares de l’Armée à VivaTech 2019
Un char caméléon, un fantassin augmenté, un chatbot… Les innovations phares de l’Armée à VivaTech 2019 © Agence Innovation Défense/Twitter

Nous avions été étonnés de croiser les militaires français dans les allées du CES en janvier 2019. Eh bien, nous les avons retrouvés à VivaTech. Cette fois, dans une autre dimension. Le Ministère des Armées a en effet choisi pour la première année d’exposer sur le salon qui se tenait du 16 au 18 mai 2019 à Paris. Une initiative qui s’inscrit dans la continuité du Forum Innovation Défense fin novembre 2018.

 

Un triple objectif

"On poursuit la démarche d’orientation de l’innovation vers le monde civil initiée par la ministre", explique Emmanuel Chiva, Directeur de l’Agence Innovation Défense, à L’Usine Digitale. On veut faire connaître toutes les innovations qui sont menées au sein du ministère. Nous voulons montrer que nous sommes des incubateurs de technologie".


Au-delà de démontrer la politique d’innovation du ministère en matière de Défense – stratégie poussée par Florence Parly qui s’est matérialisée par le lancement en octobre 2018 de l’Agence Innovation Défense –, cette exposition à VivaTech répond à deux autres objectifs : offrir une image innovante pour recruter des talents et détecter de nouveaux partenaires, notamment des start-up.

 

Un fantassin augmenté

Intelligence artificielle, robotique… Comme pour le monde civil, ces technologies sont clés pour le ministère. "Mais cela ne sert à rien si elles ne sont pas au service de l’Homme", insiste Emmanuel Chiva. S’il était impossible de tout exposer – pour des questions de place, mais aussi des sujets évidents de confidentialité – le Ministère a dévoilé pour l’occasion 14 projets à la fois très innovants et très concrets. Notamment pour le champ des opérations militaires.


C’est le cas du projet RAFT (acronyme pour  "Réalité augmentée pour le fantassin du futur"), dont le but est d’augmenter la conscience de la situation pour le combattant, en lui projetant via un casque de réalité augmentée, des indications sur la localisation des forces amies (Blue Force Tracking, BFT), ses ordres de missions…


Pour ce projet, l’utilisation de technologies pour le système de lutte anti-mines marines vient en remplacement du GPS. RAFT répond à plusieurs applications militaires, notamment pour les forces spéciales où la coordination des BFT est cruciale, pour les forces d’intervention anti-terroristes et d’élimination d’engins explosifs, ou encore pour les sapeurs-pompiers.

 

Un véhicule caméléon…

 

 

Autre solution particulièrement innovante : le projet caméléon. Comme son nom l’indique, ce projet national lancé par la DGA et développé par Nexter Systems vise au camouflage des véhicules sur le terrain. "L’idée est de développer une peau caméléon à mettre sur les véhicules de façon à ce que l’aspect s’adapte à leur environnement et qu’on ne les voit pas", explique Eric Petitpas, en charge des nouvelles technologies et des partenariats au sein de la direction de l’ingénierie des Systèmes de Nexter Systems, interrogé sur place.


Encore à l’état de prototype, le véhicule à échelle réduite présenté sur le salon, est doté d’une cape d’invisibilité, soit une centaine de tuiles de 3mm d’épaisseur connectées entre elles et communicantes. Située à l’arrière du véhicule, une caméra capture l’environnement (couleurs, formes…). Un algorithme décortique les informations qui en remontent dans un micro-ordinateur intégrées avant de les envoyer aux différentes tuiles reliées en réseau. Chaque tuile capte alors l’information qui la concerne pour se mettre à la couleur ordonnée. Et ce, en temps réel.  Si, de près, la démo peut sembler très "pixellisée", il faut imaginer le véhicule à une centaine de mètres. Et sur ce point, le résultat est plutôt bluffant.

Prochaine étape ? "On est en train de fabriquer les structures échelle 1. Dans 18 mois, on va tester un système constitué d’une paroi de 3m2 en environnement réel avant de l’adapter à un véhicule", annonce Eric Petitpas à L’Usine Digitale. Et ce n’est pas fini. "On travaille sur l’adaptation de ces tuiles sur des matériaux synthétiques et souples pour le camouflage du fantassin. C’est une technologie d’écaille. On travaille sur du tissu connecté et un support souple et beaucoup plus mince : 0,5 mmm d’épaisseur".
 

Des systèmes de navigation et d’acquisition de cible par l’image

Parmi les innovations phares,  on retient aussi le projet Stamina, un Système de navigation par l’image, développé par l’Institut Saint Louis, qui embarque une caméra et une base de données d’images définissant les points de passage sur un itinéraire. L’objectif est là de rendre les véhicules autonomes encore plus performants, notamment pour des missions de surveillance ou  de reconnaissance du terrain. Piloté via la navigation par satellite, le  système corrige sa position à chaque image et peut aussi évoluer dans un environnement sans relief et pauvre en informations visuelles.
 

Toujours dans la zone véhicule, le Ministère des Armées présentait une démonstration du projet 2ACI (pour Acquisition automatique de cibles par imagerie) intégré aux véhicules terrestres. Dans le détail, des chaînes algorithmiques basées sur l’intelligence artificielle couplées à une nouvelle génération de processeurs à basse consommation énergétique et une méthodologie d’apprentissage sur images de synthèse pour une utilisation sur images réelles, sont intégrées aux engins blindés. Objectif : aider l’opérateur à protéger un périmètre par veille continue, à détecter des cibles aériennes…
 

Des innovations aussi plus… "administratives"

Voilà pour les innovations les plus "visuelles" et dédiées au terrain.  Mais le Ministère présentait aussi des innovations plus  "administratives", comme le chatbot JDCx, un agent conversationnel intelligent et évolutif, disponible sur Facebook Messenger et Internet, destiné à répondre aux questions les plus fréquentes sur la Journée défense et citoyenneté (JDC) ; ou l’application Aurizone dédiée à l’accessibilité à l’intérieur d’un site ou d’un bâtiment, qui vise notamment à faciliter la navigation sur le site de Balard.


Vu le flux de visiteurs sur le stand, une chose est certaine, le Ministère des Armées a su attirer l’attention. Et faire preuve d’un véritable savoir-faire en termes d’innovation. Est-ce que cela permettra de séduire de nouvelles recrues ? A suivre.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media