Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Un chirurgien combine impression 3D et réalité augmentée pour opérer une fracture du plancher orbitaire

Une équipe du Centre médical de Galilée en Israël a opéré avec succès un homme ayant une fracture du plancher de l'orbite. La prothèse a été imprimée en 3D puis insérée dans le crâne du patient avec une grande précision grâce au casque de réalité augmentée HoloLens.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Un chirurgien combine impression 3D et réalité augmentée pour opérer une fracture du plancher orbitaire
Un chirurgien combine impression 3D et réalité augmentée pour opérer une fracture du plancher orbitaire © ROEE BELCHENS / DENTAL PRO VIDEO

Le professeur Samer Srouji de l'unité "chirurgie orale et maxillo-faciale" du Centre médical de Galilée en Israël, accompagné des médecins du Centre médical de Sheba, a opéré avec succès un patient blessé à l'œil équipé du casque de réalité augmentée HoloLens de Microsoft. Les détails de cette opération ont été rapportés par le Jerusalem Post.

Blessé grièvement au visage, un homme âgé de 31 ans avait une fracture du plancher de l'orbite, c'est-à-dire de l'os sur lequel est posé l'œil. Le seul traitement pour guérir ce type de blessure est l'intervention chirurgicale qui consiste à remplacer le plancher de l'orbite par une plaque.

Une prothèse imprimée en titane
La pièce a été modélisée par tomographie informatisée (CT), une méthode d'imagerie assistée par ordinateur qui consiste à mesurer l'absorption des rayons x par les tissus puis à numériser et reconstruire les images en 3D. Grâce à la fabrication additive, la prothèse a été imprimée en titane, un métal 100 % hypoallergénique, très léger et qui ne rouille pas.

En amont de l'opération, le chirurgien a procédé à une planification préopératoire via un logiciel permettant une reconstitution en trois dimensions du crane du patient. Il a ensuite implanté la plaque dans la cavité virtuellement pour optimiser son emplacement.

Durant l'opération sous anesthésie générale, équipé de son casque, il a reproduit les mêmes gestes grâce à un hologramme du cliché anatomique. En parallèle, il avait accès aux informations médicales de son patient. La chirurgie oculaire n'a duré qu'une heure et demie. Un scanner a montré que la plaque était placée de manière précise et optimale.
 


Une opération plus précise et plus rapide
Ces technologies réunies, 3D et réalité augmentée, "ont permis à la fois une exécution particulièrement précise de l'opération et une réduction significative du temps", a déclaré le professeur Samer Srouji au Jerusalem Post.

C'est loin d'être la première fois que les capacités de la réalité augmentée sont utilisées pour effectuer des opérations chirurgicales. Comme le rappelle Microsoft, la première mondiale avec le casque HoloLens s'est déroulée à l’hôpital Avicenne, en région parisienne, en décembre 2017. Le docteur Thomas Grégory avait réalisé une opération de l’épaule pour une pose de prothèse. Un succès renouvelé par le professeur Julien Berhouet au CHRU de Tours en juillet 2020. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.