Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Un essaim de drones pour identifier les substances dangereuses et modéliser les panaches de fumée

Un projet coordonné par l'Institut National de l’Environnement Industriel et des Risques (Ineris) vise à utiliser une flotte de drones pour identifier les substances dangereuses lors d'un incendie sur un site Seveso et modéliser les panaches de fumée.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Un essaim de drones pour identifier les substances dangereuses et modéliser les panaches de fumée
Un essaim de drones pour identifier les substances dangereuses et modéliser les panaches de fumée © Kaleb Kendall/Unsplash

Et si les drones pouvaient aider à anticiper la dispersion de substances potentiellement dangereuses et leur impact ? Le projet DESIHR, pour Drones en Essaim pour la Surveillance des sites Industriels à Hauts Risques, vise justement à identifier les substances dangereuses et modéliser le panache de fumée. Prévu pour une durée de 24 mois, ce projet a été présenté lundi 31 mai 2021.

D'un coût total de 308 199 euros, ce projet est coordonné par l'Institut National de l’Environnement Industriel et des Risques (Ineris) avec la participation de Squadrone System, Atmo Normandie, Normandie AeroEspace (NAE), l'université Le Havre Normandie et l'école d'ingénieur ESIGELEC avec l'appui du Centre d’Innovation Drones Normandie (CIDN).

Réaliser des prélèvements et filmer la fumée
Lors d'un incendie sur un site industriel, des substances potentiellement dangereuses peuvent être relâchées dans l'atmosphère. Des campagnes et mesures de prélèvements doivent alors être menées afin d'évaluer la dangerosité et les effets de l'incendie. Pour établir un plan d'échantillonnage efficace, il est nécessaire de connaître les substances émises et les zones de retombées. C'est dans cette optique que le projet DESIHR est mené. L'idée est d'anticiper le déplacement de ces substances et leur impact éventuel.

Les membres souhaitent mettre au point des cartographies prédictives de propagation de substances dangereuses. Ce projet repose sur l'utilisation d'une flotte de drones qui adapte son plan de vol selon les informations collectées et doit mener à bien deux missions. D'une part, en se positionnant dans l'axe de dispersion de la fumée à des distances croissantes de la source, les drones réaliseront des prélèvements et caractériseront les substances. D'autre part, les drones collecteront des vidéos du panache de fumée permettant d'identifier certains éléments et de le modéliser au mieux.

Une solution pour les exploitants de sites Seveso
Ce projet vise à proposer des solutions aux exploitants de sites industriels Seveso. Les obligations de certains de ces sites industriels sensibles en cas d'incendie ont été renforcées suite à l'incendie de Lubrizol en 2019. Désormais, les exploitants de sites industriels Seveso "seuil haut" et "seuil bas", et "d'entrepôt", ont l'obligation de disposer de capacités de prélèvements et d'analyses adaptées aux substances potentiellement relâchées lors d'un incendie et pouvant affecter les milieux aux alentours. Il est donc nécessaire de connaître les substances émises et d'évaluer les zones de retombées pour le plan d'échantillonnage.

Les solutions développées dans le cadre de ce projet pourraient également être étendues à d’autres problématiques industrielles, croient savoir les partenaires, comme les émissions industrielles atmosphériques canalisées ou diffuses ou encore les émissions des bateaux.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.