Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Un hôpital corse privé d'imagerie médicale suite à un ransomware

Les activités de radiothérapie et d'oncologie de l'hôpital corse de Castelluccio ont été suspendues à la suite d'un ransomware. Détecté le 28 mars, le virus paralyse toujours le système d'information. Aucun calendrier de retour à la normale n'a été fourni.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Un hôpital corse privé d'imagerie médicale suite à un ransomware
Un hôpital corse privé d'imagerie médicale suite à un ransomware © Artur Tumasjan/Unsplash

L’hôpital de Castelluccio, situé à Ajaccio en Corse, fait actuellement face à une cyberattaque, apprend-on dans un communiqué de l'Agence régionale de santé (ARS) locale. Le virus "Vice society" a été détecté sur le réseau informatique de l'établissement dans la journée du 28 mars. Depuis, la situation n'est toujours pas résolue.

Les radiothérapies suspendues
Les conséquences du ransomware – un virus qui chiffre l'intégralité des données se trouvant dans un système d'information – sont graves. Des activités de radiothérapie et d'oncologie sont suspendues. En effet, comme le note l'ARS, le bon fonctionnement des systèmes est primordial pour ces activités (calcul des doses, ciblage…). En revanche, la continuité des soins est assurée pour les autres secteurs.

Une série de mesures a été prise : les accès au système d'information et à internet ont été coupés et les postes de travail déconnectés. Une cellule de crise en lien avec l'ARS a été mise en place. "Tout est mis en œuvre pour rétablir un fonctionnement normal et sécurisé des activités dans les meilleurs délais", précise l'établissement public. Il n'a pas précisé si des données sensibles avaient été dérobées par les hackers. 

Le gouvernement injecte 350 millions dans la lutte
Depuis plusieurs mois, les cyberattaques contre les structures médicales se multiplient provoquant des situations plus ou moins graves. Les hôpitaux de Saint-Gaudens, d'Oloron-Sainte-Marie, de Dax et de Villefranche-sur-Saône ont été victimes d'incidents de sécurité. Pour éviter que ces situations parfois dramatiques ne se reproduisent, le gouvernement a adopté en février dernier un plan national de lutte contre les cyberattaques dédié aux hôpitaux. Il est doté d'une enveloppe de 350 millions d'euros tirée du Ségur de la Santé présenté en mai 2020.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.