Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Un nouveau plan de suppression d’emploi chez HP, les salariés français s'interrogent

A l’annonce par HP d’un nouveau plan de suppression de 5% des effectifs, les salariés en France du groupe informatique américain s’interrogent. L’impact dans l'Hexagone dépendra de la capacité de Gérald Karsenti à défendre l’exception française.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Un nouveau plan de suppression d’emploi chez HP, les salariés français s'interrogent
Un nouveau plan de suppression d’emploi chez HP, les salariés français s'interrogent © Owaief89 - Flickr - C.C.

A l’annonce par Meg Whitman, la directrice générale de HP au niveau mondial, d’un nouveau train de réduction de 16 000 emplois, soit 5% des effectifs d’ici 2015, les 5000 salariés du groupe informatique américain en France s’interrogent sur l’impact possible de ce plan sur leur emploi.

La direction de HP en France se refuse pour le moment à tout commentaire. "Il faut attendre de voir comment ce plan va être décliné d’abord en Europe, puis pays par pays ", explique un porte-parole. Mais les syndicats affichent leur confiance. "Si HP n’a pas encore retrouvé le chemin de la croissance, le chiffre d’affaires se stabilise et le flux de trésorerie augmente", constate Jean-Paul Vouiller, délégué syndical à la CFTC. Au deuxième trimestre 2014, le groupe enregistre une baisse du chiffre d’affaires de 1% à 27,1 milliards de dollars, mais il voit son flux de trésorerie gonfler de 50% à 3 milliards de dollars.

Un accord de Gpec en signature

L’annonce du nouveau train de réduction des effectifs, en plus des 34 000 suppressions de postes engagées depuis 2012, arrive à un moment critique pour les deux entités de HP en France, HPF et HPCCF. La direction et les élus sont censés signer le 6 juin 2014 un accord de Gpec (Gestion prévisionnelle de l'emploi et des compétences), résultat de négociations entamées au début de l’année. Cet accord limite la baisse des effectifs à 170 en 2015 et 2016. Cette limite ne peut être modifiée (à la hausse) qu’en cas d’évènement majeur.

"Nous ne sommes pas dans ce cas de figure aujourd’hui ", estime le délégué syndical. L’accord Gepec prévoit déjà la transformation de 110 postes en 2014, ce qui correspond à la limite fixée par année. Les titulaires de ces postes auront le choix soit d’évoluer vers d’autres compétences soit de partir dans le cadre d’un plan de départs volontaires.

Les syndicats misent sur la combativité de Gérald Karsenti, PDG de HP en France, pour défendre l’emploi dans les deux entités françaises du groupe, comme il a su le faire à deux reprises depuis 2012. Le premier plan en 2012 prévoyait la suppression de 520 postes sur la période qui court jusqu’à fin 2014. Gérald Karsenti a réussi à convaincre la direction du groupe de ramener ce chiffre à 300, arguant le besoin de maintenir un bon niveau de qualité de service client. Quand le groupe a durci plus tard son plan de réduction des effectifs, il a tout fait pour en éviter les répercussions sur l’emploi dans l’Hexagone en se servant du fait que la France fait partie des cinq pays ayant les meilleurs résultats du groupe dans le monde. "Ce nouvel épisode est un nouveau challenge pour lui, estime Jean-Paul Vouiller. Il va devoir user de ses capacités de persuasion pour éviter des suppressions supplémentaires de postes en France. " L'un de ses arguments forts sera son plan stratégique Challenge 2017 qui prévoit de croître deux fois plus que le marché français.

Ridha Loukil

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale