Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Un plan d’action européen pour conquérir 60% des nouveaux marchés de l’électronique

Objets connectés, smart grid, maison intelligente… L’industrie de l’électronique en Europe propose à la Commission européenne un projet d’action visant à s’emparer de 60% des marchés émergents de l’électronique. Avec, in fine, l’objectif de doubler la production de semi-conducteurs dans le Vieux continent à l’horizon 2020.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Un plan d’action européen pour conquérir 60% des nouveaux marchés de l’électronique
Un plan d’action européen pour conquérir 60% des nouveaux marchés de l’électronique © DR

L'Europe est en mesure de conquérir jusqu'à 60 % des nouveaux marchés de l'électronique et de doubler la valeur économique de sa production de composants à semi-conducteurs au cours des 10 années à venir. Tel est le message clé du projet d’action présenté à la Commission européenne par l’industrie électronique européenne.

Ce projet a été élaboré à la demande de Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne en charge des technologies de l’information, par le groupe des leaders de l'électronique (GLE), qui regroupe les patrons de onze entreprises et centres de recherche en électronique en Europe (STMicroelectronics, Infineon, NXP, GlobalFoundries, Institut Fraunhofer, ARM, ASML, Soitec, Imec, CEA et Intel Europe).

Le fameux "Airbus of Chips" ? 

Présidé par Ben Verwaayen, ancien directeur général d’Alcatel-Lucent, ce groupe a spécialement été créé en octobre 2013 pour réfléchir sur les moyens d’inverser la régression de l’électronique européenne. Il recommande de porter l’effort sur les secteurs d’applications dans lesquels l'Europe occupe une position forte - automobile, énergie, automatisation industrielle et sécurité - et sur les nouveaux secteurs à fort potentiel de croissance, en particulier l'Internet des objets et les "produits intelligents" (comme les maisons intelligentes, les réseaux énergétiques intelligents, etc.). Il propose d’agir également dans le secteur des communications mobiles et sans fil, afin d’y reprendre une place de premier plan.

Du côté de la demande, le groupe propose une initiative d'envergure dénommée "Smart Everything Everywhere" (des produits intelligents partout) afin de créer des centres d’excellence et des lieux de tests à grande échelle et en conditions réelles des technologies émergentes dans l’ensemble de l’Europe. Du côté de l’offre, il estime possible l’augmentation de la capacité de production de semi-conducteurs en Europe de 70 000 tranches par mois à partir de 2016-2017, ce qui représente une hausse moyenne de la capacité de 10 % par an.

Revenir dans la course est possible

En Europe, l’industrie des semi-conducteurs représente quelque 250 000 emplois directs, et 2,5 millions de postes sur l’ensemble de la chaîne de création de valeur. Les composants microélectroniques et nanoélectroniques sont à l'origine d'au moins 10 % du PIB européen. Le marché est porteur puisque la demande mondiale dans ce domaine devrait augmenter d’année en année de 9 % en volume et de 5 à 6 % en valeur, selon les prévisions.

Le GLE va à présent s'atteler à transformer ces idées en mesures concrètes qui seront proposées à la Commission européenne d’ici juin 2014. L’enjeu est énorme car l’industrie européenne des semi-conducteurs, après avoir atteint près de 15% de la production mondiale à la fin des années 1990, est tombée à 10% aujourd’hui.

Ridha Loukil

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale