Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Un premier déploiement commercial pour les vélos électriques partagés de Zoov

Zoov va déployer son service de vélos à assistance électrique partagé dans la zone de Paris-Saclay dès septembre 2019. La start-up qui a mené une expérimentation pendant six mois décide d'élargir son service et de l'ouvrir à tous les usagers. Un total de 2 000 vélos seront déployés et une centaine de stations de charge implémentées d'ici fin 2020.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Un premier déploiement commercial pour les vélos électriques partagés de Zoov
La station de charge développée par Zoov est ultra-compacte et facile à installer. © Zoov

Après un test de six mois, Zoov a annoncé jeudi 25 juillet 2019 le déploiement commercial de son service de vélos électriques partagés à Paris-Saclay pour septembre 2019. Pour se démarquer d'éventuels concurrents, la jeune pousse fondée en 2017 par Eric Carreel, Arnaud Le Rodallec et Amira Haberah propose de déployer un service de vélos électriques en free floating ainsi que des stations de charge ultra-compactes et faciles à installer.

 

Des stations de charge facturées aux entreprises

En janvier dernier, la start-up a lancé une expérimentation dans la zone de Paris-Saclay en y déployant 14 stations de charge et une centaine de vélos. Les retours des 340 personnes sélectionnées pouvant utiliser ce service étant globalement positifs et les sociétés et collectivités territoriales de cette zone enthousiastes, Zoov a décidé de lancer son service à grande échelle. "500 vélos à assistance électrique seront déployés d'ici fin 2019 et un total de 2 000 vélos seront présents sur cette zone au cours de l'année 2020", annonce à L'Usine Digitale la cofondatrice Amira Heberah.

 

Dans un premier temps, ce sont une quarantaine de stations de charge qui seront installées. Zoov espère rapidement faire grimper ce chiffre à une centaine en élargissant progressivement le périmètre d'implémentation de son offre pour desservir de "nouvelles zones d'activité", détaille Amira Heberah. La start-up se différencie de ses concurrents avec ces stations ultra-compactes dont elle facture l'implantation aux entreprises (mais pas aux collectivités) 5 000 euros à l'année. Un service qui lui permet de diversifier son business model en ne comptant pas uniquement sur les usagers.

 

Périmètre de la zone sur laquelle Zoov a mené son expérimentation.

 

Une autre ville d'ici la fin de l'année ?

A terme, Zoov souhaite proposer une offre d'abonnement mensuel pour un usage illimité. Mais pour cela, une flotte de vélos suffisamment grande est nécessaire. En attendant, la jeune pousse va donc facturer son service à l'usage : 1 euro pour débloquer le vélo auquel s'ajoutent 0,15 euros par minute d'utilisation. "Les salariés des entreprises ayant une station devant leurs locaux auront un prix préférentiel de 2 euros pour 20 minutes d'utilisation", ajoute Amira Heberah.

 

La pépite française n'entend pas s'arrêter là. Celle qui vise les périphéries des villes et les zones d'activité espère déployer son service dans une autre ville française d'ici la fin de l'année.
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media