Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Un service de transport à la demande par véhicules autonomes en septembre 2018 à Rouen

Un lancement un peu décalé. Le service expérimental de transport opéré par des véhicules électriques autonomes sur voie ouverte sera finalement ouvert au public à partir de septembre 2018, et non plus au printemps comme prévu. Ce service sera opéré par quatre Renault Zoé autonome et une navette Lohr.

mis à jour le 26 juin 2018 à 18H04
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Un service de transport à la demande par véhicules autonomes en septembre 2018 à Rouen
Un service de transport à la demande par véhicules autonomes en septembre 2018 à Rouen © Claire Garnier

Annoncé initialement pour le printemps 2018, l'ouverture au public du service de transport à la demande en voiture autonome à Rouen sera finalement effective courant septembre, annoncent les partenaires mardi 26 juin 2018. Présenté en octobre 2017 ce service de transport à la demande sur route ouverte comprend 4 Renault Zoé électriques ainsi qu'une navette autonome Lohr. Son terrain de jeu ? Le technopôle du Madrillet à Saint-Etienne-du-Rouvray au sud de l'agglomération de Rouen (Seine-Maritime). L'expérimentation doit durer jusqu'en décembre 2019.

 

Cette expérimentation baptisée "Rouen Normandy Autonomous Lab" représente un investissement de 11 millions d'euros pour les partenaires privés et publics de ce programme que sont : la Métropole Rouen Normandie, la Région Normandie, l’Etat, le groupe Caisse des Dépôts et sa filiale Transdev (dont la filiale TCAR exploite le réseau de transport en commun de l’agglomération rouennaise), le groupe Renault (qui va fournir quatre ZOE électriques équipées des technologies Renault et Transdev) et le groupe Matmut qui a son siège social à Rouen.



3 parcours, 17 arrêts, 10 kilomètres

Ce service de transport à la demande opéré par véhicules électriques autonomes se déploiera sur trois parcours différents avec 17 points d’arrêt totalisant une dizaine de kilomètres et desservant le campus et les résidences universitaires, les centres de recherche et des entreprises. Les utilisateurs pourront appeler un véhicule depuis l’application dédiée disponible sur smartphone, à partir de l’un de ces 17 points d’arrêt.


"C’est une première européenne" a souligné Fréderic Sanchez, président de la Métropole Rouen Normandie, collectivité qui se présente comme le "territoire pilote du véhicule du futur". Frédéric Sanchez a dit la "fierté des Rouennais d’avoir été choisis par Renault et Transdev pour cette expérimentation sur le sol français". Transdev qui se présente comme celui ayant "accumulé le plus d’expérience" dans le domaine des navettes autonomes, a signé des partenariats de recherche avec Renault-Nissan, Lohr, Delphi et les laboratoires Vedecom et SystemX.  Il exploite notamment un service de navettes électriques autonomes à Rungis dans le Val de Marne (mais dans une configuration de parc fermé) ; il teste un autre service à Saclay (Essonne) sur une voie de bus.



Un parcours en Zoé électrique de Renault bardée de capteurs

Après avoir signé une lettre d’intention marquant le lancement du projet, les partenaires de Rouen Normandy Autonomous Lab ont dévoilé le véhicule qui va assurer le service de transport autonome. Il s’agit de la Zoé électrique de Renault bardée de systèmes de capteurs avec notamment un télédétecteur par lidar au-dessus du toit et des capteurs latéraux de part et d’autre de la plaque d’immatriculation avant. Renault s’est cependant refusé à fournir la moindre explication sur la technologie équipant le véhicule.

Le constructeur confie seulement que ce véhicule encore expérimental est "sans doute suréquipé" en capteurs. Chacun a pu observer que le véhicule comportait un volant, celui du "co-pilote" ou "safety man" : "le co-pilote sera là pour reprendre la main si nécessaire ; par ailleurs, la réglementation actuelle n’autorise pas le véhicule à rouler sur voie ouverte sans co-pilote", a confié un responsable de Renault à l’Usine Digitale.
 

L’expérimentation Rouen Normandy Autonomous Lab sur le Technopôle du Madrillet ne doit rien au hasard ; cet espace de 200 hectares accueille le pôle de compétitivité Movéo (automobile ; mobilité) et concentre des compétences sur l’autonomie du véhicule électrique. Géré par la Métropole de Rouen, il rassemble par ailleurs des compétences en mécanique, énergétique, vibroacoustique, matériaux, électronique et informatique. Trois établissements de recherche et d’enseignement supérieur y sont installés (deux écoles d’ingénieur - Insa et Esigelec - et la faculté des sciences de l’Université de Rouen) ainsi que des laboratoires publics et privés ; le technopôle dispose des supercalculateurs du centre de ressources régional en informatique qui permettent notamment de faire de la simulation numérique intensive. Enfin, le moteur de la Zoé qui va assurer le service de transport est fabriqué par Renault Cléon à 15 minutes du Madrillet.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale