Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Un village normand a fait barrage à l'implantation de stations terrestres pour Starlink

Un village de Normandie a fait plier SpaceX. En cause, le projet de fourniture d'accès à Internet haut débit par satellite Starlink. SpaceX n'implantera pas d'antennes terrestres dans le village de Saint-Senier-de-Beuvron, comme il le voulait à l'origine. Les habitants s'opposaient à cette installation par crainte des effets néfastes sur la santé et l'environnement ainsi que des impacts visuel et sonore qu'elle pourrait avoir. Une seule ville française est encore concernée par l'installation d'antennes relais.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Un village normand a fait barrage à l'implantation de stations terrestres pour Starlink
Image d'illustration de la campagne en Normandie. © Unsplash - Eytane Debruyne

Le village normand de Saint-Senier-de Beuvron a gagné sa bataille contre SpaceX. Cette commune de la Manche, devenue célèbre pour son opposition à l'implantation de stations terrestres pour le service d'accès à Internet par satellite Starlink, a remporté sa bataille contre l'entreprise fondée par Elon Musk. L'Arcep a confirmé cette information par une décision publiée le 4 janvier 2022 entérinant l'abrogation de la décision attribuant une autorisation de fréquences radioélectriques à Starlink pour la station terrienne de Saint-Senier-de-Beuvron.

Une ville française toujours concernée
Aucune antenne terrestre ne sera non plus implantée à Gravelines, dans le département du Nord, rapporte Ouest-France. Il ne reste qu'un site français concerné par l'installation des antennes Starlink : Villenave-d’Ornon, en Gironde. Suite à l'annonce des sites retenus par Starlink pour implanter ses antennes relais, essentielles pour le fonctionnement de son service d'Internet par satellites, des voix se sont rapidement élevées contre ces infrastructures.

La taille de ces antennes était fortement critiquée. Benoît Hamard, le maire de Saint-Senier-de Beuvron, évoquait "neuf boules paraboliques de 2,30 m de diamètre posées sur des socles de 5 m² de béton !". Les impacts visuel et sonore étaient craints. Le conseil municipal s'interrogeait également sur les risques éventuels pour la santé des habitants, l'environnement et la biodiversité. L'entreprise américaine, forcée de demander un permis de construire, a finalement jeté l'éponge.

Amazon, OneWeb et Boeing
Starlink c'est un projet de connexion à Internet haut débit par satellite. Le but est de couvrir l'ensemble du globe, et plus particulièrement les espaces reculés avec des difficultés de connexion. Pour cela, Starlink prévoit de déployer une constellation de 2824 satellites ainsi que des antennes terrestres, comme celles devant être implantées en Normandie. L'accès à ce service est ensuite accessible sous la forme d'un abonnement et l'achat d'une antenne à fixer chez soi. Le service est proposé à des bêta-testeurs depuis novembre 2019 aux Etats-Unis et mai 2021 en France. A l'été 2021, Elon Musk s'est vanté d'avoir déjà 100 000 clients.

L'entreprise américaine, qui semble avoir de l'avance sur certains de ses concurrents n'est pas la seule à se lancer dans ce défi. Son concurrent OneWeb est en difficulté. Au bord de la faillite, l'entreprise a été sauvée de justesse par le gouvernement britannique, le groupe indien Bharti  et Amazon. Amazon qui souhaite proposer un service similaire à ses clients avec son projet Kuiper qui est bien moins avancé que Starlink puisque l'entreprise va lancer deux prototypes de satellites en 2022. Boeing a également reçu l'autorisation de la FCC pour déployer une constellation de 147 satellites dans le but de fournir une connexion à l'Internet haut débit.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.