Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Une ingénieure combine scanner et impression 3D pour créer des soutiens-gorge sur-mesure

Bretelles qui glissent, attache trop serrée dans le dos... Il est souvent compliqué de trouver un soutien-gorge parfaitement à sa taille. La styliste hollandaise Lidewij Vera Arí van Twillert, ingénieure de formation, veut y remédier. Elle combine un scan 3D du buste et l'impression 3D d'une pièce remplaçant l'armature pour concevoir des soutiens-gorge sur-mesure.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Une ingénieure combine scanner et impression 3D pour créer des soutiens-gorge sur-mesure
Le curvearis, une pièce inventée par Lidewij Vera Arí van Twillert et imprimée, remplace l'armature du soutien-gorge. © Ari van Twillert

A l'heure du "no bra" et autres mouvements prônant la liberté pour les femmes de porter ou non les sous-vêtements qu'elles veulent, une styliste hollandaise a décidé de concevoir des soutiens-gorge sur-mesure. Fini les bretelles qui glissent, l'attache trop serrée dans le dos ou l'armature qui fait mal. Lidewij Vera Arí van Twillert conçoit des soutiens-gorge personnalisés et adaptés à chaque morphologie puisqu'ils sont conçus à l'aide d'un scanner 3D du corps, puis créer par fabrication additive.

Un scan 3D pour personnaliser le "curvearis"
"Aujourd'hui, le design et la fonction du soutien-gorge sont dissociables : ils sont soit confortables, soit jolis, explique Lidewij Vera Arí van Twillert dans un communiqué. Je voulais construire un projet où l'esthétique et la fonction ne font qu'un". Diplômée de l'Université de technologie de Delft, la jeune femme a conçu une alternative à l'armature. Cette pièce nommée "curvearis" correspond au "schéma technique du soutien-gorge". Elle est fabriquée sur-mesure à l'aide d'une imprimante 3D.

L'innovation des lignes de sous-vêtement Ari van Twillert ne s'arrête pas là. L'ingénieure a recours à la captation 3D du buste des clientes pour parvenir à un résultat optimal et sur-mesure. Concrètement, la cliente doit se rendre dans un studio Ari van Twillert afin de choisir le tissu et le modèle. Puis, un scan 3D de son corps est réalisé avec le scanner Artec Eva Lite de l'entreprise luxembourgeoise Artec 3D. Ce scanner à lumière blanche ne capture que la géométrie, ce qui permet d'obtenir les mensurations exactes de la personne sans la toucher.
 

Un scan 3D est réalisé pour personnaliser les patrons de couture et le "curvearis"


Ces mesures permettent de personnaliser les patrons de couture et le "curvearis". Une première version en mousseline du soutien-gorge est produite et doit être essayée. Si besoin, des ajustements sont faits avant de réaliser la pièce finale et de l'envoyer. Du scan à la réalisation du soutien-gorge, il faut compter de six à douze semaines. Le prix d'une pièce dépend du modèle et des tissus choisis mais s'élève aux alentours de 850 euros.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media