Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Une intelligence artificielle bat pour la première fois des champions du monde de bridge

Insolite Développée par la start-up française NukkAI, un système utilisant des techniques d'intelligence artificielle et pouvant expliquer ses choix a réussi à battre huit champions du monde de bridge, qui passe pour être le jeu de cartes le plus complexe à émuler par une machine. Pour Cédric Villani, il s'agit d'un "exploit historique".
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Une intelligence artificielle bat pour la première fois des champions du monde de bridge
Une intelligence artificielle bat pour la première fois des champions du monde de bridge © Photo by Jaros?aw Kwocza?a on Unsplash

Un programme élaboré par l'entreprise française NukkAI a battu la semaine dernière huit champions du monde de bridge. Un vrai défi, en raison des règles de ce jeu de cartes qui se joue à quatre (deux contre deux) et requiert de prendre des décisions en fonction d'informations incomplètes et du comportement des autres joueurs. Tactique et collectif, il est considéré comme le plus complexe des jeux de cartes.

"Le jeu qui ressemble le plus à la vraie vie"
"Le bridge est le jeu qui ressemble le plus à la vraie vie : l'information est partielle, il y a des partenaires et des adversaires, et les règles imposent de l'explicabilité. C'est le test idéal pour les IA que nous concevons", explique la start-up sur son site web.

Après les échecs, le jeu de Go et le poker (sans oublier "Jeopardy"), c'est donc une nouvelle avancée pour l'IA. Le bridge avait jusqu'à présent résisté aux tentatives de mise au point de systèmes automatisés. "Ce que nous avons vu représente une avancée fondamentale dans le domaine des systèmes d'intelligence artificielle", estime Stephen Muggleton, professeur de machine learning à l'Imperial College de Londres, interrogé par le Guardian.

L'ordinateur a gagné 83% des manches
Pour cette expérience, chaque champion avait pour partenaire le système de NukkAI, face à deux robots qui avaient déjà remporté des tournois entre systèmes automatisés, mais jamais contre des champions de la discipline. 800 plis ont été joués, chaque champion ayant les mêmes mains que le système de NukkAI (baptisée Nook) afin de comparer les résultats.

La phase d'enchères qui existe normalement au début de la partie, qui consiste à aboutir à un "contrat", dans lequel une des deux paires de joueurs s'engage à réaliser un certain nombre de plis, ne faisait pas partie de l'expérience. L'IA a gagné 83% des manches.

Le mathématicien et député de l'Essone Cédric Villani a qualifié cette réussite d'"exploit historique". "Ce sont de fascinantes perspectives sur la compréhension des raisonnements probabilistes, avec informations cachées et d'explicabilité des algorithmes", a-t-il écrit sur LinkedIn.

Une IA collaborative
Fondée en 2018 par Véronique Ventos, une chercheuse en intelligence artificielle, professeure à Paris Saclay et classée 59e joueuse française de bridge, et Jean-Baptiste Fantun, agrégé de mathématiques qui a également eu des responsabilités au sein de cabinets ministériels, consultant spécialisé en santé numérique et vainqueur de la coupe de France de bridge en 2017, NukkAI concentre ses recherches se concentrent sur les IA destinées à collaborer avec des humains. Elles trouvent des applications dans les secteurs de l'aéronautique, de l'éducation, de la cybersécurité et de la défense.

Technologiquement, l'IA de NukkAI s'appuie sur un système d'apprentissage alternatif à celui utilisé habituellement dans le machine learning. Marko Erman, directeur scientifique chez Thales, partenaire de la start-up, l'expose ainsi sur LinkedIn : "Depuis plusieurs années, les exigences des systèmes complexes (comme l’explicabilité et la certification par exemple) ont conduit Thales à explorer des alternatives aux approches classiques d’IA stochastique (réseaux de neurones + apprentissage pour faire simple). L’hybridation de l’IA stochastique avec l’IA symbolique nous apparaît être une des options les plus intéressantes. L’approche de NukkAI est en particulier très intéressante et les récents résultats obtenus sont très prometteurs".

Développée à l'aide d'un supercalculateur du CNRS
NukkAI est également partenaire du CNRS, qui a mis à sa disposition son supercalculateur Jean Zay, et de la BPI qui a soutenu le projet dans le cadre de l'Aide au Développement Deep Tech. Avec environ 100 000 licenciés et 1300 clubs, la France est la deuxième nation mondiale du bridge derrière les Etats-Unis, et décroche régulièrement des médailles aux championnats du monde.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.