Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Une ligne de bus à Saint-Quentin-en-Yvelines entièrement opérée par des navettes autonomes Navya

Trois navettes autonomes Navya sont exploitées sur la ligne de bus 490 reliant la gare de Saint-Quentin-en-Yvelines / Montigny-le-Bretonneux à la zone d’activité du Pas-du-Lac à Montigny-le-Bretonneux. Cette ligne, qui s'étend sur 1,6 kilomètre, est référencé sur le calculateur d'itinéraire d'Ile-de-France Mobilités. Les partenaires se laissent jusqu'en juin 2022 pour évaluer les bénéfices de ce service.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Une ligne de bus à Saint-Quentin-en-Yvelines entièrement opérée par des navettes autonomes Navya
Une ligne de bus à Saint-Quentin-en-Yvelines entièrement opérée par des navettes autonomes Navya © Ile-de-France Mobilités

Les expérimentations de navettes autonomes se multiplient sur le territoire français. Depuis le mercredi 31 mars 2021, le réseau francilien dispose de sa première ligne de bus entièrement opérée avec des navettes autonomes. La ligne 490 qui relie la gare de Saint-Quentin-en-Yvelines-Montigny-le-Bretonneux (RER C et lignes N&U) à la zone d’activité du Pas-du-Lac à Montigny-le-Bretonneux, est entièrement opérée par trois navettes autonomes Navya.

Une infrastructure connectée
Cette ligne 490, opérée par Keolis, vient en complément de l'offre de transport existante en proposant un service pour le dernier kilomètre. Elle s'étend sur un parcours d'1,6 kilomètre sur route ouverte et dessert trois arrêts. Pour la première fois, cette ligne de bus autonome est proposée sur le calculateur d'itinéraire de l'application Ile-de-France Mobilités. Elle est gratuite pour l'ensemble des voyageurs – ce service a été financé à hauteur de 2,4 millions d'euros par Ile-de-France Mobilités – et fonctionne du lundi au vendredi de 7h30 à 20h00.

Les navettes autonomes s'insèrent directement dans la circulation. Elles peuvent transporter jusqu'à 11 passagers assis en plus de l'opérateur de sécurité présent à son bord. Keolis suit aussi à distance le trajet des navettes et le nombre de passagers. Une infrastructure connectée a été mise en place pour fluidifier et sécuriser le passage des navettes à une intersection jugée dangereuse. Une borne rétractable a même été connectée aux navettes autonomes via un boitier RFID et s’abaisse automatiquement lors de leur passage.

A la recherche d'un business model
Cette expérimentation doit s'étendre au moins jusqu'en juin 2022. Le temps pour les partenaires d'étudier et évaluer les avantages d'un tel service et savoir s'il convient de prolonger l'expérimentation. Un des enjeux de ces expérimentations et de juger l'apport pour les usagers et trouver un business model qui soit viable. Le coût de ces navettes autonomes est élevé et pour que les usagers acceptent de payer il faut qu'ils y trouvent un vrai bénéfice.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.