Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Une Nissan Leaf autonome testée dans les rues de Londres

Dans le cadre du projet ServCity, une Nissan Leaf autonome est testée dans les rues de Londres. Ce projet, qui réunit six partenaires sur une durée de trois ans, vise à étudier l'utilisation de véhicules autonomes dans des environnements urbains complexes et à analyser les différents services de mobilités pouvant être déployés.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Une Nissan Leaf autonome testée dans les rues de Londres
Une Nissan Leaf autonome testée dans les rues de Londres © Nissan

Une Nissan Leaf autonome se promène dans les rues de Londres. Le constructeur a annoncé le 16 février 2022 avoir testé un véhicule autonome dans la capitale anglaise dans le cadre du programme ServCity. Ce projet de recherche vise à étudier le déploiement de véhicules autonomes dans des environnements urbains complexes et analyser les différents services de mobilités autonomes pouvant être déployés.

Un programme sur trois ans
6 partenaires travaillent pendant trois ans sur l'identification et l'élimination des obstacles au déploiement de véhicules autonomes dans les villes du Royaume-Uni. Font partie de ce projet : Nissan, Connected Places Catapult, TRL, Hitachi Europe, l'Université de Nottingham et SBD Automotive. ServCity est un projet financé à la fois par le gouvernement britannique et les industriels. Le fonds gouvernemental Intelligent Mobility est doté de 100 millions de livres sterling (près de 120 millions d'euros).

Dans un premier temps, les partenaires ont réalisé des simulations et des tests sur des pistes d'essai privées avec une Nissan Leaf électrique. Chacun des six participants au projet ayant à sa charge une tâche bien définie. Par exemple, Hitachi Europe s'occupe du développement de "la technologie permettant de prédire le comportement d'autres objets en mouvement tels que les piétons, les cyclistes et les voitures, et d'y réagir en toute sécurité, ainsi que de fournir des solutions de localisation précises et fiables", explique Nick Blake, Chief Innovation Strategist d'Hitachi Europe

L'Université de Nottingham se penche plus particulièrement sur le sujet des interactions homme-machine et génère des "théories, des modèles et des méthodes derrière l'expérience utilisateur des occupants du véhicule", explique Gary Burnett, Chair of Transport Human Factors du Human Factors Research Group de l'Université de Nottingham. L'Université va veiller à ce que la conception et développement du service de mobilité autonome soient centrés sur l'utilisateur et répondent réellement aux besoins des consommateurs.

Accélérer le déploiement des véhicules autonomes
Aujourd'hui, débute les tests en conditions réelles dans les rues de Londres du ServCity Connected and Autonomous Vehicle (CAV). Le véhicule circule du côté du Smart Mobility Living Lab (SMLL) qui est basé à Greenwich.  Ce SMLL de TRL "est un banc d'essai dans le monde urbain réel dont l'infrastructure et les installations de capteurs en bordure de route accompagnent le processus de développement des véhicules autonomes et connectés afin d'acquérir une meilleure connaissance partagée de ce domaine", explique Lucien Linders, General Manager du SMLL. Les partenaires expliquent vouloir tirer parti de ce SMLL "en utilisant sa puissance de traitement et des capteurs en bordure de route pour créer un environnement d'infrastructure favorable à l'acquisition de connaissances".

L'objectif de ServCity : accélérer le déploiement des technologies de conduite autonome en aidant les villes à comprendre comment elles peuvent exploiter ces technologies. Mais aussi faire des recherches sur l'expérience utilisateur final afin de proposer une expérience la plus intuitive possible. Avant d'en arriver au déploiement d'un service de mobilité autonome, encore faut-il que la technologie soit au point.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.