Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Une nouvelle vague de suicides fragilise Stéphane Richard avant son renouvellement à la tête d'Orange

L'observatoire du stress et des mobilités forcées d'Orange a fait état le 18 mars d'une dizaine de suicides parmi les employés de l'opérateur télécoms depuis le début de l'année. Un chiffre alarmant au regard de la crise sociale ayant touché l'entreprise en 2007-2010, qui fragilise le PDG Stéphane Richard une semaine avant son probable renouvellement à la tête du groupe.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Une nouvelle vague de suicides fragilise Stéphane Richard avant son renouvellement à la tête d'Orange
Une nouvelle vague de suicides fragilise Stéphane Richard avant son renouvellement à la tête d'Orange © Guillaume Paumier - Flickr - C.C

Difficile semaine avant le conseil d'administration qui décidera de son renouvellement à la tête d'Orange pour Stéphane Richard. En marge de son audition à la Cour de justice de la République, ce 19 mars, dans l'affaire Tapie, le PDG de l'opérateur télécoms pourrait en effet être confronté aux prémices d'une nouvelle crise sociale au sein de son entreprise.

Le 18 mars, l'observatoire du stress et des mobilités forcées d'Orange a alerté sur une nouvelle vague de suicides qui toucherait le groupe depuis le début de l'année. Dix salariés auraient ainsi mis fin à leurs jours, "presque autant qu'au cours de toute l'année 2013", signale l'entité créée par les syndicats CFE-CGC et SUD de l'entreprise de télécoms, parlant d'accélération "tout à fait étonnante".

le spectre de la crise sociale de 2007-2010

Des suicides qui "ont une relation explicite au travail", assure l'observatoire dans un communiqué, alors que le climat social était "apaisé" depuis plusieurs années. 

"On retrouve dans l'entreprise d'aujourd'hui les facteurs structurels de la crise 2007-2009, dont l'une des manifestations, la plus grave, est la remontée rapide des suicides", constatent les syndicats.

Entre 2007 et 2010, pendant l'application du plan de restructuration "Next", Orange (à l'époque, France Télécom), a connu une crise sociale sans précédent avec une recrudescence des suicides et un malaise général conduisant au départ du PDG Didier Lombard.

En février 2010, l'ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde au ministère de l'Economie, Stéphane Richard, arrive à la tête d'Orange et lance un "contrat social" prévoyant 10 000 recrutements pour apaiser le climat social.

Pour la direction d'Orange, interrogée par l'AFP sur la vague de suicides depuis le début de l'année, "chacun de ces actes est par nature singulier et renvoie à des contextes différents. Néanmoins, ces situations nous rappellent à la vigilance et au devoir d'interroger sans relâche l'efficacité des nombreux dispositifs de prévention mis en place depuis plusieurs années".

Le conseil d'administration d'Orange doit statuer le mardi 25 mars sur le renouvellement du mandat de Stéphane Richard à la présidence du groupe.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media