Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Unity confirme son souhait d'entrer en bourse... et révèle sa relative fragilité financière

Les pertes affichées par Unity Technologies n’entament pas la volonté affichée de la société américano-danoise, l'un des deux leaders des moteurs 3D, d’entrer en bourse. Elle vient de déposer sa demande d’IPO auprès de l’autorité américaine des marchés financiers.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Unity confirme son souhait d'entrer en bourse... et révèle sa relative fragilité financière
Unity confirme son souhait d'entrer en bourse... et révèle sa relative fragilité financière

La Securities and Exchange Commission, l’autorité américaine des marchés financiers, a reçu le dossier relatif à l’introduction en bourse de la société Unity Technologies. Unity est le leader du marché des moteurs 3D, utilisés aussi bien pour les jeux vidéo que les applications professionnelles. Le 24 août, l’entreprise américano-danoise a déclaré par voie de presse avoir déposé une déclaration d'enregistrement pour son IPO à New York, prévue d'ici la fin d'année. Le nombre et le prix des actions ne sont pas précisés.

La demande est étayée par quelques chiffres clés : 1,5 million de créateurs actifs utilisent le moteur, et plus de la moitié des jeux tous supports confondus sont développés sous Unity, qui revendique plus de 3 milliards d'applications téléchargées chaque mois. Unity est notamment le moteur derrière les jeux Pokemon GO, Outer Wilds, Call of Duty: Mobile, Subnautica ou encore Hollow Knight. La société a réalisé un chiffre d'affaires de 540 millions de dollars en 2019.

Jusqu'à 6 milliards de valorisation
Mais le document met également en évidence quelques indicateurs moins favorables, qui n’avaient pas été rendus publics jusqu'ici. L’endettement de la société, à hauteur de 570 millions de dollars, et quelque 163,2 millions de dollars de pertes l’année passée pourraient décourager les financiers. L’année 2020 ne s’annonce guère meilleure, avec 54,1 millions de dollars de perte sur les six premiers mois.

Cette situation financière s’explique en partie par la stratégie d’acquisition agressive de l’entreprise. Unity a acquis plus d’une douzaine de sociétés depuis 2011, et rien que huit entreprises depuis le début de 2019, dont Digital Monarch Media, DeltaDNA, Vivox, Artomatix et Codice Software. En 2020, elle a déboursé 46,8 millions de dollars pour Finger Food Studios. En parallèle, Unity a bouclé plusieurs tours de table, dont 150 millions de dollars en 2019, ce qui a porté sa valorisation à 6 milliards de dollars. La R&D représente par ailleurs des investissements colossaux, avec plus de 450 millions de dollars investis au cours des deux derniers exercices, et 1 879 collaborateurs, soit plus de la moitié de son effectif.

Dans son document d'entrée en bourse, l'entreprise met en avant entre autres son leadership pour le développement d'applications de réalité virtuelle et augmentée, un marché émergent mais considéré très prometteur. Fondée en 2005, Unity s’est imposée au fil des ans comme le middleware de référence pour le développement d'applications 3D temps réel. Il est aujourd'hui le grand rival d’Epic Games et de son Unreal Engine. Bien que profitant du succès de son jeu Fortnite, Epic connaît lui aussi sa part de difficultés. Il est en plein bras de fer avec Apple et Google.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media