Valeo crée le buzz dans les salons

Partager
Valeo crée le buzz dans les salons
Valeo a développé le système InBlue qui transforme un smartphone ou une montre connectée en clé virtuelle, capable d’ouvrir ou de démarrer la voiture.

"Notre objectif est d’arriver à la voiture autonome", affirme clairement Marc Vrecko, le directeur du pôle systèmes de confort et d’aide à la conduite de Valeo. Au CES 2015, début janvier, cette ambition semblait presque atteinte avec la Cruise4U. L’équipementier français a multiplié les balades au milieu des casinos de Las Vegas (États-Unis) avec une Golf autonome, capable de changer de voie comme de ralentir sans l’intervention du conducteur. Fabricant de capteurs, notamment de caméras depuis 2007 après avoir racheté la start-up irlandaise Connaught Electronics, Valeo a pris le virage du numérique sous l’impulsion de Guillaume Devauchelle, le directeur de l’innovation. Son approche est double. L’équipementier s’appuie d’abord sur son savoir-faire interne et surtout sur ses technologies (capteurs, caméras, radars). "Sur la voiture autonome Cruise4U, l’architecture électronique du véhicule n’est pas modifiée. Nous avons seulement rajouté une caméra et notre radar, qui vaut environ 200 euros", explique Guillaume Devauchelle. Cette solution permet aussi de maîtriser les coûts. Et quand la direction ne croit pas à un projet, le directeur de l’innovation prend sur son budget propre pour la faire fonctionner et convaincre ! Ce fut le cas pour InBlue, le système d’ouverture de la voiture via le smartphone, qui a fait les gros titres lors du Mondial de l’automobile à Paris, en octobre. Depuis, Valeo l’a décliné en une version pour montre connectée, présentée au CES, qui a fait un carton auprès des médias.

C’est l’une des forces du français dans le numérique. "Leur système InBlue n’avait rien de révolutionnaire, nous avions déjà lancé la même chose, relate un équipementier concurrent. Mais au Mondial, on ne parlait que d’eux. Ils savent créer le buzz." La communication passe également très bien en interne, entre les équipes des quatre divisions. "La digitalisation crée des problèmes d’organisation. Il faut casser le travail en silo, ce qu’a déjà fait Valeo, analyse Guillaume Crunelle, associé responsable du secteur automobile chez Deloitte. Les équipementiers ont une souplesse culturelle pour intégrer ces nouvelles pratiques au travail, car, dans leur esprit, les clients ne sont pas les constructeurs automobiles, mais le client final." L’autre atout de Valeo est sa capacité à puiser des idées à l’extérieur de l’entreprise. L’équipementier a ouvert, en 2014, un bureau de veille à Palo Alto en Californie. Il organise également chaque année un concours d’innovations à destination des étudiants. Le thème : la voiture du futur.

Pauline Ducamp

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Auto et Mobilités

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS