Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Vecteo rend plus intelligent le contrôle des pièces industrielles

Une toute jeune entreprise du Creusot (Saône-et-Loire) lance un logiciel qui s’intègre sur les scanners 3D de contrôle de surface.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Vecteo rend plus intelligent le contrôle des pièces industrielles
Vecteo rend plus intelligent le contrôle des pièces industrielles © Vecteo

Le logiciel Octa, pour Optimised Computation Trajectory for Acquisition, devrait considérablement améliorer le contrôle de surface sans contact des pièces industrielles. Conçu par la société Vecteo au Creusot (Saône-et-Loire), essaimage du Laboratoire Electronique, Informatique et Image du CNRS à Chalon-sur-Saône (également en Saône-et-Loire), il s’intègre au logiciel des scanners 3D montés sur bras robotisé. Entre dix secondes et trois minutes, Octa propose le scénario le plus optimisé de contrôle de conformité que ce soit en cours de la production, au stade du prototypage ou à celui de la présérie. La précision atteint 20 à 50 microns.

Gain de temps

Cette innovation brevetée a permis à l’entreprise d’être double lauréate du concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes et du Réseau Entreprendre Bourgogne. Elle offre de nombreux avantages, car actuellement pour ce type de tâche un opérateur définit lui-même tout le spectre des contrôles à effectuer. "Cela nécessite de nombreuses heures de travail avec des risques éventuels d’erreurs et engendre un gros problème de fatigue", explique Mickael Provost, président fondateur de Vecteo.
Gain de temps, meilleure fiabilité, deux atouts que cette jeune entreprise, créée début 2012, met à profit pour convaincre la dizaine de fabricants de scanners et séduire aussi les industriels déjà équipés de ce type d’appareils.

"Nous ciblons une clientèle très large et spécialisée dans l’énergie, l’automobile, l’aéronautique, le ferroviaire, la défense ou encore le médical et l’horlogerie", précise Thomas Berthet, responsable du marketing chez Vecteo (5 salariés, chiffre d’affaires non significatif de 20 000 euros). Actuellement le logiciel est en test chez un fabricant de scanners. L’achat de sa licence coûtera 10 000 euros auxquels s’ajoutent les frais de configuration et de maintenance. D’autres développements sont prévus pour le rendre encore plus performant et le doter de nouvelles fonctionnalités.

Didier Hugue

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale