Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Véhicule autonome] L'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi se renforce en Chine

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

We.Ride.ai, start-up chinoise spécialisée dans le développement du véhicule autonome, a réalisé une levée de fonds de série A suite à laquelle l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi devient son principal investisseur. Les trois constructeurs, qui n'ont pas précisé le montant de leur investissement, affirment leur ambition de développer des véhicules autonomes tout en se positionnant sur le marché très prometteur qu'est la Chine.

[Véhicule autonome] L'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi se renforce en Chine
Les véhicules autonomes de WeRide.ai ont parcourus plus de 60 000 kilomètres et transporté plus de 3 000 passagers à travers le monde. © WeRide.ai

Alliance Ventures, le fonds de capital-risque de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, a annoncé mercredi 31 octobre être le principal investisseur de WeRide.ai suite à sa levée de fonds de série A. Cette start-up chinoise fondée en 2017 est spécialisée dans les technologies pour véhicules autonomes de niveau 4 et serait "le numéro un chinois de la conduite autonome", selon l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi.

 

Le fonds de capital-risque de l'Alliance n'a pas précisé le montant de cet investissement, qui est couplé d'un partenariat stratégique. Ont aussi participé à cette levée de fonds Qiming Venture Capital, Hanfor Capital, Atop Capital, Johnson Electric, Xiaopeng He, Idinvest Partners et OceanIQ Capital.

 

Déployer des véhicules autonomes d'ici à 2020

WeRide.ai souhaite lancer des véhicules autonomes dans les villes chinoises d'ici à 2020 et être, comme beaucoup, la première à commercialiser ces technologies à grand échelle. L'entreprise, qui possède 200 salariés à travers le monde, utilise notamment le réseau 5G pour piloter à distance les véhicules sans conducteur.

 

Aujourd'hui les véhicules de WeRide.ai ont parcourus plus de 60 000 kilomètres et transporté plus de 3 000 passagers à travers le monde. Son objectif à moyen terme est de déployer un parc de 500 véhicules autonomes en 2019 et de cumuler 5 millions de kilomètres en conduite autonome. En parallèle, WeRide.ai veut surtout procéder à des essais de fonctionnement et de commercialisation à Guangzhou et Anqing avec "des partenaires clés".

 

La Chine, un marché clé

Cet investissement, le premier du fonds de capital-risque Alliance Ventures en Chine, montre que les systèmes de conduite autonome sont au cœur des priorités de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi. "Les membres de l’Alliance cherchent à déployer ces technologies sur des marchés clés, comme la Chine. Aussi sommes-nous ravis d’aider WeRide.ai à lancer des systèmes totalement autonomes conformes aux exigences du marché chinois", abonde dans un communiqué François Dossa, directeur Alliance Ventures et Open Innovation.

 

La Chine, premier marché automobile mondial, est un territoire prometteur pour le développement des véhicules autonomes. Mais la concurrence y est rude. Les sociétés extérieures au pays sont nombreuses à vouloir passer des accords avec des sociétés locales afin de pénétrer ce marché. Pour l'instant l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a fait le choix de financer une start-up, tandis que Daimler a renforcé ses liens avec Baidu pour obtenir une licence lui permettant de tester ses véhicules autonomes. Baidu qui mène ses propres recherches sur le véhicule autonome, tout comme ses compatriotes Alibaba et Tencent.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale