Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Véhicule autonome : l'ex-ingénieur d'Uber accusé de vol industriel par Waymo plaide coupable

Vu ailleurs Anthony Levandowski, l’ingénieur accusé d’avoir transmis à Uber des dossiers relatifs à la technologie de Waymo, a finalement plaidé coupable de l'un 33 chefs d’accusations, passibles chacun de 10 ans de prison.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Véhicule autonome : l'ex-ingénieur d'Uber accusé de vol industriel par Waymo plaide coupable
Véhicule autonome : l'ex-ingénieur d'Uber accusé de vol industriel par Waymo plaide coupable © Waymo

Le feuilleton juridique entre Waymo et Uber se poursuit. Trois ans après le début de l’affaire juridique opposant les deux sociétés américaines, Anthony Levandowski, l’ingénieur accusé d’avoir dérobé puis transmis des dossiers relatifs à la technologie de Waymo, a plaidé coupable du chef d’accusation de vol d’informations devant le tribunal de San Francisco. Une peine allant jusqu’à 30 mois de prison a été requise dans le cadre de cet accord. "J’ai téléchargé ces fichiers avec l’intention de les utiliser à mon bénéfice personnel, et je comprends que je n’étais pas autorisé à prendre les fichiers à cette fin", reconnaît Anthony Levandowski dans des documents consultés par Reuters.

L'accord choisi par l’ex-ingénieur en chef lui permet, selon Reuters, d’échapper aux autres chefs d’accusation. Il est accusé depuis 2017 de vol de secrets industriels et de violation de brevet. En août 2019, un procureur avait retenu 33 chefs d’accusations passibles de 10 ans de prison et de 250 000 dollars d’amende, plus d'éventuels dommages et intérêts.

Les capteurs Lidars au coeur de la bataille juridique

Cet ancien employé clé est accusé par Waymo, filiale d’Alphabet dédiée aux technologies de véhicules autonomes, d’avoir volé d’avoir près 14 000 dossiers confidentiels. Après avoir quitté Waymo en 2016 – il travaillait néanmoins sur des projets parallèles depuis plusieurs années, révélera l’enquête – il avait fondé la start-up Otto, rachetée rapidement par Uber pour 680 millions de dollars. Un rachat qui incluait, entre autres, un NDA (un accord de non-divulgation). Selon Waymo, Otto aurait utilisé des technologies conçues par Waymo, dont son système de capture de l'environnement par Lidar, qui est au cœur du système de guidage des voitures sans chauffeur.

Licencié par Uber peu de temps après, Anthony Levandowski s’est réfugié quelque temps dans le mutisme. Uber et Google avaient finalement trouvé un accord à l’amiable au travers du versement par Uber de 244 millions de dollars en actions. Quant à Anthony Levandowski, il a déposé le 4 mars dernier un dossier de mise en faillite personnelle à la suite d'une amende le condamnant à verser 179 millions de dollars à Google.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media