Vente de médicaments en ligne : un premier web-pharmacien blâmé

Le pharmacien en ligne français visé par le blâme de l'Ordre des pharmaciens aurait fait de la publicité déguisée pour son e-officine dans les médias dès 2012.

Partager
Vente de médicaments en ligne : un premier web-pharmacien blâmé

Près de trois mois après l'entrée en vigueur du texte autorisant la vente de médicaments sur internet, les premières sanctions tombent. Philippe Lailler, un pharmacien ayant ouvert parmi les premiers sa "pharmacie en ligne", a été sanctionné le 10 octobre par un blâme de la chambre disciplinaire de l’Ordre des pharmaciens à Caen pour avoir fait de la publicité pour son e-officine dans les médias.

"La protection de la santé publique justifie que la publicité en faveur des officines soit strictement limitée", a commenté la chambre dans sa décision.

À l’ouverture du site internet de Philippe Lailler en novembre 2012, 202 plaintes de ses confrères de la région avaient été déposées au conseil, rappelle Ouest-France. Le pharmacien avait profité du vide juridique entourant la vente de médicaments en ligne pour devancer la concurrence. De nombreux reportages lui avaient ainsi été consacrés dans les médias régionaux et nationaux, sources de la sanction de l'Ordre des pharmaciens aujourd'hui.

Une sanction légère au regard de l'interdiction temporaire, voire définitive, dont il aurait pu écoper, mais qui montre le climat tendu qui règne dans le monde des pharmacies en ligne depuis leur autorisation le 12 juillet dernier.

Début septembre, une quarantaine de sites internet avait déjà fait l'objet d'une plainte de l'Ordre des pharmaciens pour exercice de leur commerce sans autorisation.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Santé

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS