Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Vers de nouvelles restrictions américaines sur l'exportation de puces en Chine

Vu ailleurs Les Etats-Unis cherchent à limiter l'exportation vers la Chine de puces qui accélèrent les calculs liés à l'intelligence artificielle, ainsi que des équipements industriels permettant de fabriquer ces semi-conducteurs. Après avoir imposé l'obtention de licences à certaines entreprises américaines, une réglementation générale devrait bientôt être adoptée pour entraver le développement technologique de la Chine, qui n'est aujourd'hui pas en capacité de produire des semi-conducteurs de dernière génération à grande échelle.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Vers de nouvelles restrictions américaines sur l'exportation de puces en Chine
Vers de nouvelles restrictions américaines sur l'exportation de puces en Chine © Wikimedia / Sgt. Mikki Sprenkle

Une nouvelle vague de restrictions pour limiter l'achat de puces par la Chine devrait être adoptée par les Etats-Unis. L'administration Biden prévoit d'élargir le mois prochain les restrictions concernant la commercialisation de technologies américaines en direction de la Chine, rapporte Reuters le 11 septembre 2022. Ces restrictions vont concerner plus précisément les puces pour accélérer les calculs liés à l'intelligence artificielle ainsi que les outils de fabrication des semi-conducteurs.
 

Une réglementation générale

Cette nouvelle réglementation fait suite à l'envoie de plusieurs lettres à des sociétés américaines plus tôt dans l'année (KLA Corp, Lam Research et Applied Materials). Dans ces lettres, le département du Commerce américain a interdit à ces sociétés d'exporter en direction de la Chine des équipements de fabrication de puces pour produire des semi-conducteurs avec des procédés de gravure inférieurs à 14 nanomètres à moins d'obtenir une licence spécifique.

Le département du Commerce des Etats-Unis a également demandé à Nvidia et AMD d'arrêter les expéditions de plusieurs puces d'intelligence artificielle vers la Chine à moins qu'elles n'obtiennent des licences. Ces lettres permettent au gouvernement américain d'instaurer rapidement un contrôle sur l'exportation des produits sans avoir à émettre une réglementation dont le processus d'édiction est long. Transformer les lettres en règles générales permettrait d'élargir leurs portées à toutes les entreprises américaines produisant des technologies similaires. Au-delà de Nvidia et AMD, une telle réglementation pourrait ainsi s'appliquer à Intel et Cerebras Systems.

La réglementation pourrait également imposer des licences aux produits expédiés vers la Chine qui contiennent de telles puces, ajoute Reuters. Seraient ainsi visées des entreprises comme Dell, Hewlett Packard Enterprise (HPE) et Super Micro Computer (SMCI).

Limiter le développement technologique

Des responsables américains ont contacté des alliés des Etats-Unis pour qu'ils adoptent des politiques similaires afin que les entreprises étrangères ne soient pas en mesure de vendre à la Chine des technologies que les entreprises américaines ne pourraient pas exporter, ajoute Reuters. "La coordination avec les alliés est essentielle pour maximiser l'efficacité et minimiser les conséquences imprévues", a déclaré Clete Willems, un ancien responsable du commerce de l'administration Trump.

Derrière ces limitations à l'exportation, les Etats-Unis cherchent à garder un avantage technologique sur la Chine. Le pays a compris que les semi-conducteurs sont des composants essentiels dans le développement des nouvelles technologies et que la Chine n'est actuellement pas en capacité de produire elle-même des puces de dernière génération. Le gouvernement américain aurait même indiqué à Nvidia que l'objectif est d'éviter une utilisation de ses produits à des fins militaires.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.