Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Vers la fermeture de STMicroelectronics Rennes

Social
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le patron de STMicroelectronics monde, Pasquale Pistorio, l'avait annoncé voilà deux ans : l'unité de Rennes, en Ille-et-Vilaine, n'est plus dans le cœur de cible du fabricant de semi-conducteurs. Raisons invoquées : une baisse de charge dans un bâtiment coincé dans le tissu urbain et une concurrence interne avec l'usine de Singapour. En effet, l'industriel a décidé en mars dernier d'y investir 250 millions de dollars en trois ans pour augmenter sa capacité de production.

Deux options s'offrent alors à la direction : vendre purement et simplement ce site de 600 salariés (le plus petit du groupe en Europe ) ou le reconvertir... Or, le personnel rennais, est désireux de rester chez STMicroelectronics. Aidé de la direction, il a créé un Comité de diversification d'activité (CDA). Composé de cinq personnes, il se fait épauler par deux cabinets conseils, DML et Yole Développement. Une des pistes retenues serait d'amener cette usine spécialisée dans les circuits intégrés sur plaques de silicium de 125 mm -une vieille technologie- à fabriquer des puces électromécaniques, les Mems. Un marché qui reste imprécis et " ne se développerait qu'en 2005 ", explique Léonor Levallet, secrétaire du CE.

Toutefois, un changement d'activité dans ce secteur a déjà été expérimenté, dans le contexte, il est vrai, d'une reprise par les cadres (LBO) dans des groupes tels Motorola ou Alcatel...

En dépit d'une forte mobilisation, les salariés redoutent la fermeture. Déjà une centaine d'intérimaires n'ont pas vu leur contrat renouvelé. De son côté, le vice-président de ST France a proposé aux responsables de service d'éventuelles mutations à Singapour. Au sein du groupe ST France, une pétition circule pour sauver le site breton. Elle a déjà récolté 3000 signatures.

Enfin, le site de Tours, spécialisé dans les " composants électroniques discrets ", est également menacé. Les 1500 salarié s'inquiètent, eux aussi, d'une éventuelle délocalisation de leur production vers l'usine de Singapour...

Anna Zagroun
 

 
media