Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Maintenant, Versailles a aussi son service de navettes autonomes

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

L'institut Vedecom a inauguré lundi 10 décembre 2018 un service de mobilité du dernier kilomètre opéré par deux navettes autonomes EZ10 du Français EasyMile. Situé sur le plateau de Satory à Versailles, ces navettes vont circuler sur un trajet d'un kilomètre et communiquer avec l'infrastructure existante.

Maintenant, Versailles a aussi son service de navettes autonomes
Litchi et Framboise vont assurer la dessert du dernier kilomètre dans le plateau de Satory. © Léna Corot

"Un nouveau service de mobilité du quotidien", selon les mots de Philippe Watteau le directeur général de l'institut Vedecom, a été inauguré ce lundi 10 décembre 2018 sur le plateau de Satory à Versailles. Cette desserte complémentaire, qui vient prolonger le service de transport en commun existant, va être assurée par deux navettes EZ10 du Français EasyMile baptisées Litchi et Framboise pour cette occasion.

 

Des navettes autonomes à la demande

Le projet est piloté par l'institut Vedecom et opéré par Transdev. Les navettes assurent le dernier (ou le premier) kilomètre entre l'arrêt de bus Cité des cadres et les entreprises situées sur l'allée des Maronniers. Au total cinq arrêts sont desservis : le parking Bir Hakeim (quand il sera terminé), Nexter, Arquus, PSA Motorsport et le mobiLAB. A long terme, et si l'expérimentation fonctionne,  l'ancienne voie ferrée sera peut-être aménagée afin que les navettes autonomes puissent se rendre à Saint-Cyr-l'Ecole et à la gare RER.

 

Vedecom a développé une application baptisée BlushMeUp afin de permettre aux salariés d'appeler une navette ou de savoir à quel endroit du parcours elle est située. Cela était "une demande des salariés", affirme Philippe Watteau. Ces derniers pouvant utiliser plus facilement les navettes aux heures creuses grâce à cette application. Des bornes digitales vont être installées courant 2019 aux stations afin de permettre la géolocalisation et la commande des navettes.

 

Système de supervision interopérable

Un système de supervision interopérable et connecté aux infrastructures a été développé par les équipes de l'institut Vedecom. Ce système de supervision permet l'interopérabilité entre des navettes de constructeurs différents et d'expérimenter les systèmes de communication entre les véhicules, mais aussi entre les véhicules et l'infrastructure. "Dans les mois qui viennent, un véhicule dédié à la recherche va circuler sur ce trajet, puis une navette i-Cristal développée par Lohr et Transdev va être ajoutée", précise à L'Usine Digitale Féthi Ben Ouezdou, directeur scientifique à l'institut Vedecom. L'institut est donc engagé dans une logique de coopération et veut "offrir un terrain d'expérimentation à l'échelle 1" à l'industrie naissante du véhicule autonome, affirme Philippe Watteau.

 

Au-delà de ce test de navette autonome sur route ouverte, l'institut Vedecom qui pilote le projet a souhaité avoir une vision plus globale de cette technologie en conférant une perception plus étendue à la navette autonome. La voie publique est instrumentalisée afin de permettre la communication entre l'infrastructure et les navettes. Dans un premier temps, les feux seront connectés puis des unités de bord de route seront disposées aux alentours du trajet emprunté par les navettes. L'idée est que les navettes sachent lorsque le feu passe au rouge ou si un véhicule arrive à une intersection afin de fluidifier un maximum le trafic et qu'elles puissent aller plus vite que les 10 km/h actuels. L'institut va mener différentes expérimentations afin de savoir quels hardware et software embarquer à l'intérieur du véhicule et lesquels implémenter dans l'infrastructure.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale