Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Vêtements et matériel électronique : et si l'épicier en ligne Ocado diversifiait son activité ?

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Vu ailleurs Ocado, le roi de l'automatisation dans l'e-commerce alimentaire avec ses entrepôts dotés d'une armée de robots, pourrait se diversifier dans les vêtements et le matériel électronique, relève le Guardian. Amazon n'a qu'à bien se tenir.

Vêtements et matériel électronique : et si l'épicier en ligne Ocado diversifiait son activité ?
Vêtements et matériel électronique : et si l'épicier en ligne Ocado diversifiait son activité ? © Capture vidéo Deezen

Ocado a séduit Monoprix dans l'Hexagone, Sobeys au Canada et le géant Kruger aux Etats-Unis, mais ses ambitions ne s'arrêtent pas là. L'épicier en ligne pourrait utiliser ses entrepôts automatisés pour vendre des vêtements et du matériel électronique, révèle le Guardian.

 

De lourds investissements pour Ocado

"Nous avons besoin de nous concentrer non seulement sur ce que nous savons faire aujourd'hui mais aussi sur des innovations pour le futur", a déclaré le fondateur d'Ocado Tim Steiner lors de la présentation des résultats semestriels de la société, des propos retranscrits par le Guardian. "Le marché de l'alimentaire est énorme mais nous explorons aussi d'autres secteurs dans lesquels nos compétences à bouger des choses seraient tout aussi utiles que dans le commerce alimentaire", a-t-il ajouté.

 

Avec un tel virage stratégique, l'épicier en ligne chercherait à tirer profit de ses investissements qui vont peser sur ses résultats en 2018. Le Britannique a annoncé mardi 10 juillet 2018 une baisse de 13,9% de son résultat opérationnel au premier semestre en raison de l'accroissement de ses investissements. Ocado avait averti en février que ses bénéfices seraient freinés par ses investissements notamment dans ses entrepôts au Royaume-Uni. Les investissements du groupe sont prévus à 210 millions de livres en 2018 contre 160 millions en 2017.

 

Ocado vient d'ouvrir un second entrepôt dans le quartier londonien d'Erith, détaille le Guardian. Et l'épicier en ligne a lourdement investi dans son entrepôt situé dans la ville d'Andover en Grande-Bretagne. En parallèle, la société a embauché de nombreux ingénieurs afin de développer plus encore sa plate-forme logistique automatisée ou Smart Platform, précise le site d'information anglais. C'est cette dernière qui a séduit Monoprix, Sobeys et Kruger et qui devrait séduire d'autres géants du e-commerce.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale