Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Vidéo] Premier vol d'essai d'un hélicoptère Black Hawk autonome par la Darpa et Sikorsky

Vidéo Du décollage à l'atterrissage, en passant par l'évitement d'obstacles, le vol de l'hélicoptère Black Hawk S-70 a été simplement été supervisé depuis une tablette. Retour sur cet essai réalisé dans le cadre d'un pilote mené par Sikorsky, une filiale de Lockheed Martin, et la Darpa.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Premier vol d'essai d'un hélicoptère Black Hawk autonome par la Darpa et Sikorsky
[Vidéo] Premier vol d'essai d'un hélicoptère Black Hawk autonome par la Darpa et Sikorsky © Sikorsky

Sikorsky, une filiale de Lockheed Martin, a réalisé un vol autonome d'hélicoptère supervisé par un pilote à l'aide d'une tablette. Ce vol test, effectué à l'aide d'un Black Hawk S-70, s'est déroulé dans le cadre du programme ALIAS ("Aircrew Labor In-cockpit Automation System") de la Darpa, la célèbre agence du département de la Défense des États-Unis chargée des projets de recherche utilisant des technologies de pointe.

Décollage et atterrissage autonomes
Le Black Hawk S-70 est équipé du système embarqué Optionally Piloted Vehicle (OPV) de Sikorsky ainsi que de sa technologie MATRIX. Lors du vol d'essai, l'hélicoptère a décollé et atterri de façon autonome. Comme prévu, le système embarqué dans le Black Hawk S-70 a aussi réalisé une manœuvre pour éviter un obstacle simulé et volé sans encombre parmi des immeubles eux aussi simulés. Le pilote, qui supervisait le vol sur une tablette, n'a pas eu besoin de reprendre le contrôle de l'hélicoptère.

Le but est d'améliorer la sécurité des opérations de vol et de faciliter le travail conjoint entre humains et machines. Si le pilote et son équipage sont libérés d'une partie de leur charge de travail (qui est déléguée au système embarqué), ils peuvent se concentrer sur d'autres tâches comme sur le sauvetage de vies ou le transport de marchandises. Toutefois, les partenaires parlent bien d'une autonomie supervisée, puisqu'il est nécessaire qu'un pilote suive le vol et puisse reprendre le contrôle de l'appareil en cas de besoin.
 


Poursuite des tests jusqu'en 2022
La filiale de Lockheed Martin va continuer de développer et d'intégrer ces capacités d'autonomie dans le cadre de la phase III du programme Darpa ALIAS, qui doit s'étendre jusqu'en 2022. "Notre objectif final est d'appliquer cette technologie pour aider à répondre aux nouvelles exigences de mission, y compris celles décrites dans le programme Future Vertical Lift (FVL) de l'armée américaine", commente Igor Cherepinsky, directeur de Sikorsky Innovations.

Sikorsky se targue d'ouvrir la voie à un futur ou les aéronefs pourront être exploités avec deux, un seul ou même aucun pilote à tout moment du jour ou de la nuit et dans une variété de scénarios complexes, y compris des environnements visuels contestés, encombrés et dégradés.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.