Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Vidéo] Rolls-Royce fait travailler des robots miniatures en essaim pour contrôler les moteurs

Vidéo Un essaim de robots... ce n'est pas une armée d'insectes robotisés, mais un ensemble de robots miniatures circulant dans des moteurs pour les réparer. C'est le projet de Rolls-Royce, en partenariat avec les universités de Harvard et Nottingham. Les robots serpents déposent les robots miniatures au sein d'un moteur à contrôler, puis chacun effectue sa tâche attribuée.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Rolls-Royce fait travailler des robots miniatures en essaim pour contrôler les moteurs
Rolls-Royce sortira bientôt des robots de 10 millimètres de diamètre pour réparer ses moteurs d'avion. © Rolls-Royce

Lors du Farnborough Airshow 2018, Rolls-Royce a dévoilé ses nouveaux robots dans le cadre de son projet “IntelligentEngine vision”. La firme promeut une vision d’un monde où objets et services sont 100% connectés avec, sur le devant de la scène, une robotisation massive. Pour cela, elle a signé plusieurs partenariats avec des chercheurs, notamment à l’Université de Nottingham et Harvard.

 

La robotisation des tâches d'entretien, une vision essentielle de Rolls-Royce

L’entretien de machines pourrait être grandement optimisé par la coordination de robots efficaces et sophistiqués. Rolls-Royce figure  parmi les premiers intéressés par la robotisation des tâches d’entretien. Son swarm robot, présenté le 17 juillet 2018, illustre bien les ambitions de la firme qui construit des moteurs pour avions, engins qui doivent être contrôlés systématiquement et intégralement. Large de 10 cm, travaillant comme son nom l’indique en essaim, ce robot se faufile comme un insecte dans tous les recoins d’un moteur. De conception relativement simple, il est programmé pour effectuer une tâche en particulier. Un essaim de ces petits robots permet donc d’effectuer une vérification complète, en peu de temps.

S’ils sont encore au stade de projet, des prototypes de ce partenariat entre Rolls-Royce, l’Université de Nottingham et Harvard ont été réalisés par les chercheurs de Harvard. Ils n’ont pas encore atteint la taille souhaitée pour être opérationnels mais le succès de leurs prédécesseurs laisse à penser que l’aboutissement des recherches est proche.

 

Découvrez en vidéo les swarm robots de Rolls-Royce

 
 

Comme le montre la vidéo ci-dessus, les robots miniatures pénètrent en essaim dans l’engin grâce aux robots serpents, "flare", de Rolls-Royce. Ceux-ci fonctionnent à la manière d’endoscopes, se faufilant dans les ouvertures et dans les canaux d’objets complexes. Ils peuvent contenir tout un essaim de swarm robots et les libérer au cœur de l’objet à inspecter.

 

Les robots serpents s’affairent dans un moteur

 

 

D'autres robots déjà efficaces

Au-delà de ces projets très visionnaires, Rolls-Royce a déjà testé et utilisé les robots de forage à distance. Des réparations parfois très complexes nécessitent la présence d’experts, ce qui n’est pas toujours évident, à cause de la distance à parcourir notamment. Grâce à ces robots, encore une fois le fruit d’un partenariat entre Rolls-Royce et Nottingham, les opérations de maintenance sensibles peuvent se dérouler à distance, simplement en commandant le robot. Un gain de temps non négligeable pour les équipes et les clients. Par ailleurs, les robots inspecteurs, construits sur le modèle du périscope, permettent un contrôle vidéo précis des différentes parties d'un engin. De la taille d'un stylo, ces robots ont réuni Rolls-Royce, Oxsensis, BJR Systems, Roke Manor et l'Université de Nottingham.

 

 

 

D’après Rolls-Royce, la robotisation de l’entretien des machines permet de faire gagner de l’argent aux clients et à la firme (par exemple, les robots en essaim sont très peu coûteux à fabriquer et programmer), mais aussi de rendre les machines plus disponibles, en accélérant nettement les processus de contrôle (réduction des déplacements des équipes, réparations sans démonter toutes les machines…).
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale