Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Visioconférence : Webex, Microsoft Teams et Google Meet critiqués pour leur gestion des données personnelles

Vu ailleurs Zoom n'est pas la seule application de visioconférence à se montrer cavalière avec les données personnelles de ses utilisateurs. Un rapport de l'organisation américaine Consumer Reports révèle que Skype, Webex, Hangout, ou encore Teams ont toutes des politiques de confidentialité très permissives, qui autorisent notamment l'utilisation de ces vidéos pour entraîner des systèmes de reconnaissance faciale.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Visioconférence : Webex, Microsoft Teams et Google Meet critiqués pour leur gestion des données personnelles
Visioconférence : Webex, Microsoft Teams et Google Meet critiqués pour leur gestion des données personnelles © Consumer Reports

L'application de visioconférence Zoom bat des records d'utilisation depuis le début du confinement, mais son succès a été entâché par de multiples manquements en matière de sécurité et de respect de la vie privée de ses utilisateurs. Mais ses concurrents font-ils mieux ? Pas d'après Consumer Reports, une organisation de défense des droits des consommateurs à but non lucratif. Elle a publié le 30 avril les résultats de ses recherches concernant Webex de Cisco, Skype et Teams de Microsoft, ainsi que Meet, Duo et Hangouts de Google.

Cisco, Microsoft et Google sont aussi de mauvais élèves

"Bien qu'il y ait des différences entre les politiques de confidentialité de chaque entreprises, elles ne sont pas énormes", commente Bill Fitzgerald, un spécialiste de la vie privée travaillant pour Consumer Reports. "Et du point de vue du respect de la vie privée, aucune de ces options n'est très bonne."

Les politiques de confidentialité de chacune de ces trois entreprises indiquent qu'elles peuvent recueillir des données pendant une vidéoconférence, les combiner avec les informations de revendeurs de données professionnels (data brokers) et avec d'autres sources pour créer des profils, et même utiliser les flux vidéo pour entraîner des systèmes de reconnaissance faciale. Pas de quoi rêver, en effet.

Chacune des entreprises a répondu à Consumer Reports en disant respecter les droits des consommateurs, mais sans nier les conclusions de l'organisation. Certaines ont aussi déjà effectué des changements. Google a par exemple renforcé la sécurité de son service Meet en donnant la possibilité aux créateurs d'un meeting de le protéger par mot de passe. Il étant auparavant difficile d'empêcher qu'un intrus rejoigne une réunion.

Des principes de base à respecter

Consumer Reports demande à Cisco, Microsoft et Google, mais aussi à toutes les autres entreprises éditant des solutions de vidéoconférence (y compris Houseparty et Facebook) de suivre trois grands principes : ne recueillir qu'un minimum d'informations et limiter leur partage avec des tiers ; n'utiliser les données que pour améliorer le service concerné et pas d'autres produits ; activer la sécurité maximale et le recueil de données minimal par défaut.

Le rapport complet de Consumer Reports est consultable ici

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media